BFM Business

Pourquoi les cartes de Nokia n'intéressent pas que Facebook

Nokia, comme Google, a sillonné la planète avec ses propres voitures pour effectuer des relevés et enrichir son fonds cartographique

Nokia, comme Google, a sillonné la planète avec ses propres voitures pour effectuer des relevés et enrichir son fonds cartographique - Nokia

Le partenariat stratégique signé entre Facebook et Nokia préfigure-t-il un rachat de la technologie de cartographie Here, seule à même de concurrencer Google Maps? Le PDG de l'entreprise finlandais est ouvert à une cession. Et les acquéreurs potentiels sont nombreux.

De source américaine, Facebook et Nokia viennent de signer un partenariat stratégique pour l’utilisation prochaine de la technologie de cartographie Here Maps du Finlandais sur le premier réseau social mondial.

"Un tel accord permet à Facebook d'envisager un service de messagerie voire de publicités géolocalisées, ces dernières étant un enjeu majeur pour le réseau social mondial. En signant avec Nokia, il évite aussi de trop dépendre de Google Maps pour la technologie de la géolocalisation qui est stratégique pour lui" explique Paul Amsellem, président fondateur du cabinet d'études marketing Mobile Network Group.

L’utilisation de la cartographie d'origine Nokia par Facebook relance aussi les rumeurs concernant une cession imminente de cette activité, estimée à 2 milliards de dollars par la plupart des analystes. 

Nokia veut se recentrer sur son coeur de métier

A l'occasion de son offre de rachat d'Alcatel-Lucent, l'industriel finlandais a laissé entendre qu'il allait revoir certaines priorités stratégiques. Or, cette activité, issue du rachat de Navteq en 2007, est devenue moins importante pour Nokia depuis qu'il a cédé son activité de téléphonie mobile à Microsoft. Même si Here appartient à la catégorie des meilleures applications de cartographie et a généré près de 1 milliard d'euros de revenus en 2014, Nokia veut se recentrer sur son coeur de métier.

En présentant les résultats du premier trimestre 2015, le PDG, Rajeev Suri, avait clairement admis que la question de la cession de Here était à l'ordre du jour, en soulignant qu'il croyait "fermement dans son avenir brillant, au sein de Nokia ou avec un nouveau propriétaire".

Outre Facebook, d’autres grandes firmes technologiques utilisent déjà la cartographie Here Maps: Microsoft, le Chinois Baidu ou Yahoo. Tous y voient la seule alternative technologique à Google Maps. On se souvient aussi des difficultés qu'à connues Apple à vouloir développer sa propre offre de cartographie en ligne pour ses terminaux mobiles.

BMW, Audi et Mercedes-Benz font front commun

Les puissantes firmes américaines avec lesquels Nokia a signé des partenariats sont autant de prétendants au rachat de Here. Et cela inquiète beaucoup les géants allemands de l’automobile.

Ces grands utilisateurs des systèmes de cartographie de Nokia, technologie devenue indispensable aux systèmes embarqués d'aide à la conduite, verraient d'un très mauvais oeil, cette "pépite" tomber dans le giron américain.

Selon le Wall Street Journal, BMW, Audi et Daimler, bien que concurrents, préparent une offre commune de rachat leur donnant une majorité de contrôle de l'activité Here de Nokia. A cette offre, ils auraient associé le chinois Baidu. Cette offre valoriserait l'activité cartographie, nettement au-dessus des 2 milliards avancés généralement pour estimer sa valeur.

Selon le quotidien américain, le consortium des industriels allemands de l'automobile aurait même approché Angela Merkel pour qu'elle soutienne auprès du gouvernement finlandais, leur offre de rachat. Preuve de l'importance devenue "stratégique" du sort de l'activité de cartographie de Nokia pour les Européens...

Frédéric Bergé