BFM Business

Pourquoi Google cherche à devenir opérateur mobile aux Etats-Unis

Les Américains pourront peut-être bientôt souscrire un abonnement à la téléphonie mobile chez Google.

Les Américains pourront peut-être bientôt souscrire un abonnement à la téléphonie mobile chez Google. - Don Emmert - AFP

Le géant du web négocierait avec deux opérateurs américains, Sprint et T-Mobile. Son objectif : s'appuyer sur leurs réseaux pour commercialiser ses propres offres.

Mais que vient faire Google dans la téléphonie mobile ? Selon le Wall Street Journal, le géant du Web serait en train de négocier avec les opérateurs américains T-Mobile (filiale de l'allemand Deutsche Telekom) et Sprint (filiale du groupe japonais Softbank). Apparemment pas pour les racheter ou seulement entrer dans leur capital mais pour voir dans quelles conditions ces opérateurs pourrait l'aider à devenir un opérateur mobile virtuel (MVNO).

Le quotidien économique américain, qui cite des sources proches du dossier, précise que Google pourrait dans un premier temps limiter ses services à quelques grandes villes américaines. La négociation porte sur le volume de données que les opérateurs sont prêts à céder. Sprint aurait ainsi proposé un plafond dont le journal ne mentionne pas le niveau. En cas de dépassement, l'accord serait renégocié. Le Wall Street Journal ajoute que, compte tenu des enjeux, les négociations se font au plus haut niveau, jusqu'au président de Softbank, maison-mère de Sprint.

Google veut-il, comme Free, casser les prix ?

L'arrivée prochaine de Google, si elle était avérée, risque de bousculer le marché américain dominé aujourd'hui par quatre acteurs, Sprint, T-Mobile, et deux plus grands opérateurs, Verizon et AT&T, tous réputés pour leurs prix élevés de leurs forfaits mobiles.

Google entend-il s'imposer en cassant les prix ? A l'instar de Free en France. Ce dernier, attiré par les marges très confortables des opérateurs américains, n'a-t-il pas lui-même tenter de racheter T-Mobile à l'automne 2014 ?

Quoiqu'il en soit, l'éventuelle arrivée de Google dans la téléphonie mobile, même comme opérateur virtuel, sera tout sauf anodine, dans la mesure où son système d'exploitation, Android, s'est imposé comme la référence majeure sur le marché des smartphones.

Google n'a d'ailleurs jamais caché ses ambitions dans les télécoms. Toutes les infrastructures qui facilitent l'accès à Internet (et à ses services) sont dans son viseur. Qu'il s'agisse de réseau wi-fi (qu'il déploie dans certains quartiers de New York), de fibre optique (qu'il installe dans quelques grandes villes américaines) voire de satellite, depuis son récent investissement dans SpaceX, le groupe d'Elon Musk. Sans parler de son projet Loon, de ballons stratosphériques, pour connecter à Internet les habitants des régions reculées du globe. Avec la téléphonie mobile, Google bouclerait donc la boucle.

Frédéric Bergé