BFM Business

Pourquoi Boursorama, Total ou Axa sont si généreux avec Blablacar

-

- - Patrick Kovarik - AFP

Le site de covoiturage Blablacar vient d'annoncer un partenariat avec Boursorama qui permettra aux utilisateurs du site de bénéficier de réduction. Comme la banque en ligne, de nombreuses autres marques s'engagent à offrir des avantages aux 20 millions de membres. Non sans arrière-pensée.

Le succès de BlaBlaCar fait saliver. Le site français aux 20 millions de membre est très sollicité par les marques qui veulent s'associer à lui. Dernière en date avec Boursorama. La banque en ligne, filiale de la Société Générale, qui compte 750.000 clients va proposer des avantages financiers aux utilisateurs de Blablacar.

Concrètement, si vous êtes un utilisateur du site de covoiturage, Boursorama vous offrira 50 euros si vous ouvrez un compte chez eux. Et si vous ouvrez un compte sur livret en plus du compte courant, la banque vous fera bénéficier de 15 euros de réduction sur vos trajets Blablacar durant 2 ans et dans la limite de 150 euros. En gros, Boursorama vous offre 200 euros, ce qui constitue, explique Marie Cheval, la directrice-générale du site, le coût d'acquisition moyen d'un client. 

Le but de Boursorama est évident: élargir sa base de clients. Créée en 2006, la banque en ligne connait un croissance solide de 25% par an mais elle n'a pour le moment convaincu que 750.000 personnes à ouvrir un compte en ligne. Très loin des grandes banques qui ont pignon sur rue. Or Blablacar c'est 8 millions d'utilisateurs rien qu'en France. Un vivier qui est une cible de choix pour Boursorama car il s'agit de clients plutôt jeunes (un tiers ont moins de 25 ans) et soucieux de leurs dépenses. "Or notre créneau chez Boursorama c'est la banque moins chère, assure Marie Cheval. Chez nous les frais bancaires sont de 14 euros par an contre 200 euros en moyenne dans une banque classique."

Une pub gratuite pour Blablacar

Et comme Boursorama, d'autres marques regardent avec admiration le succès du site français de covoiturage. A l'instar d'Axa qui a signé en début d'année un accord avec Blablacar afin d'étendre l'assistance au covoiturage ou encore Vinci qui propose d'offrir gratuitement l'abonnement au télépéage. Et avant eux c'est Total qui avait senti le potentiel de la Licorne française. Le pétrolier avait ainsi financé une campagne d'affichage pour Blablacar dans le métro parisien fin 2013 et propose depuis un an une carte cadeau prépayée de 20 euros de carburant pour les utilisateurs du site.

Pour ces grandes marques l'intérêt est clair: bénéficier de la notoriété du site et participer à l'émergence d'un nouveau business model prometteur en communicant auprès de ces nouveaux clients. Et pour Total il s'agit en même temps de faire valoir son engagement en faveur de l'environnement via la défense du covoiturage.

Mais quel intérêt pour Blablacar? Il n'est apparemment pas financier à en croire Frédéric Mazella. Le fondateur du site assure qu'il n'y a pas d'accord financier avec les marques. "L'intérêt pour nous c'est de proposer de meilleures solutions à nos clients pour qu'ils fassent des économies, explique-t-il. La banque, comme la voiture, ce sont des frais quotidiens, alors autant les limiter le plus possible." 

Proposer toujours plus de services à ses membres et bénéficier d'une publicité gratuite de la part de ces grands groupes. Car la concurrence s'organise dans la covoiturage. Avec notamment la SNCF qui est très active depuis quelques mois. La compagnie a lancé IDVroom en 2014 et a racheté en juin dernier le site Ouicar de location entre particuliers

Frédéric Bianchi