BFM Business

Pourquoi Aramisauto ne pourrait plus se passer de Yammer

Les trois cents employés d'Aramisauto, 28 ans de moyenne d'âge, sont tous connectés au réseau social d'entreprise.

Les trois cents employés d'Aramisauto, 28 ans de moyenne d'âge, sont tous connectés au réseau social d'entreprise. - -

Le réseau social d'entreprise fait partie du quotidien des 300 employés du mandataire automobile. Il constitue à la fois un outil de communication, de management et de collaboration entre pairs.

"Si le mail était coupé, nous nous en accommoderions facilement. En revanche, sans Yammer, nous serions déconnectés de la vie de l'entreprise", déclare Brigitte Schifano, directrice des ressources humaines d'Aramisauto. Cela fait bientôt trois ans que le mandataire automobile a déployé un réseau social d'entreprise. Celui-ci est devenu indispensable au fonctionnement quotidien de l'entreprise.

Les trois cents employés d'Aramisauto, 28 ans de moyenne d'âge, sont tous connectés au réseau social d'entreprise. Il leur sert dans leur travail et pour participer à la vie de l'entreprise. Quand il a fallu sélectionner les trois valeurs à mettre en avant sur le site de l'entreprise, un sondage en ligne a d'ailleurs fait ressortir trois mots clés : confiance, engagement et ambition.

Face à un problème donné, les bons interlocuteurs sont immédiatement identifés

Concrètement, lorsqu'il était face à une question technique pointue, le commercial d'Aramis devait auparavant identifier le bon interlocuteur et le contacter par messagerie ou par téléphone. Aujourd'hui, il poste sa question dans la communauté baptisée LCI (La Chaîne Info) et est assuré d'obtenir une réponse dans les meilleurs délais de la part d'un des quinze experts, ceux qui procèdent aux achats de lots de véhicules.

Toute l'animation commerciale passe par ainsi par l'outil Yammer. Les objectifs de vente sont partagés en début de journée dans un groupe général. Le management intervient pour faire le point sur l'état d'avancement, indiquer le nombre de véhicules qui reste à écouler... Mais ce qui enthousiasme le plus la DRH est la collaboration qui s'est mise en place spontanément : "lorsqu'un commercial ne sait pas répondre à une question d'un client, ses pairs lui apportent les éléments, devançant même le management".

Chaque nouvel arrivant est inscrit et initié à Yammer

Le même phénomène a été observé dans le fil dédié à la hot-line RH. A combien de jours a-t-on droit pour une naissance ? Un Pacs ? La réponse est régulièrement fournie par d'autres employés, qui indiquent au demandeur la marche à suivre. Un autre signe du partage et de la circulation plus fluide de l'information concerne les délégués du personnel : "ces derniers, qui ont aussi leur groupe sur Yammer, ne remontent plus de questions. Il y a trois ans, nous en avions une dizaine chaque mois", déclare Brigitte Schifano.

Chaque nouvel employé suit un stage d'intégration de trois jours au siège, incluant une présentation de Yammer, assurée par Charlotte de Sarrazin, alias Yamcha. C'est le nom que s'est choisi la gestionnaire RH suite aux propositions qui ont été faites, sur le réseau social naturellement.

"Chaque manager est, en outre, invité à présenter le nouveau venu sur Yammer, ce qui déclenche immanquablement des likes et des commentaires de bienvenue", constate la gestionnaire RH. Les nouveaux arrivant rejoignent le groupe dénommé Onboarding pendant trois mois. Ils y trouvent de la documentation et peuvent aborder des points en petit comité. Ils n'oseraient sans doute pas le faire face à toute l'entreprise.

Eric Robert