BFM Business

Pourquoi Apple pèse toujours plus lourd enBourse

Selon la banque Morgan Stanley, Apple pourrait en vendre entre 500 millions et un milliard d’exemplaires d'Apple Watch en 2015.

Selon la banque Morgan Stanley, Apple pourrait en vendre entre 500 millions et un milliard d’exemplaires d'Apple Watch en 2015. - Spencer Platt (Getty Images North America / AFP)

Avec 700 milliards de capitalisation boursière, Apple confirme sa suprématie mondiale, tous secteurs confondus. Après le succès de l’iPhone 6, celui de l’Apple Watch qui sortira en avril est très observé.

Apple a le vent en poupe, et c’est même un euphémisme. Mais la folie des derniers résultats ne sont pas finis. Mardi, la valorisation boursière de l'entreprise de Cupertino a dépassé les 700 milliards de dollars à la clôture de Wall Street, pour la première fois de son histoire. 

Cette performance relègue loin derrière le pétrolier Exxon (370 milliards), mais surtout ses concurrents comme Google (363 mds) ou Microsoft (331 mds).

Depuis le lancement des iPhone 6 qui ont désormais conquis des millions de consommateurs chinois, les résultats d’Apple n’en finissent plus de grimper. Sur le trimestre à fin décembre, le groupe californien a réalisé un bénéfice de 18 milliards de dollars, qui, selon Reuters est un résultat sans précédent pour une entreprise.

Après les records des iPhone 6, ceux de l'Apple Watch sont attendus

Et pour cause, 2015 est l’année du lancement de l’Apple Watch qui donne des espoirs illimités aux marchés. Le groupe américain pourrait présenter sa montre connectée lors d'une "special event" qui aura lieu fin février, selon le site iGen.

Ce nouvel appareil connecté sera lancé en avril prochain à l’occasion du Nouvel An chinois. Et le succès pourrait être sans précédent. Selon la banque Morgan Stanley, Apple pourrait en vendre entre 500 millions et un milliard d’exemplaires.

Si ces prévisions se réalisent, le financier Carl Icahn, qui possède plus de 50 millions d’actions Apple, pourrait revenir à la charge auprès de Tim Cook. En octobre dernier, Icahn le félicitait pour le lancement des iPhone 6 et le qualifiait de « patron idéal » du groupe californien.

Pour le financier, l’iPhone reste « l’écosystème dominant de la sphère mobile » qui donne à Apple un avantage certain face à Google, qui selon lui, reste « le seul concurrent crédible d'Apple ». Tout cela pour en venir à la réelle valeur d’Apple. Selon Carl Icahn, l'action devrait être deux fois supérieure à la valeur officielle.

Pascal Samama