BFM Business

Pour un quinquennat de la transformation numérique

-

- - -

En pleine campagne présidentielle, le président de Syntec Numérique, Godefroy de Bentzmann est venu sur le plateau de BFM Business pour faire des recommandations aux candidats à l’élection présidentielle. Mise en place d’un CPA bonifié et connecté ou création d’un Grenelle de la formation … selon Godefroy de Bentzmann, il faut une logique « d’état d’urgence numérique » pour les cinq prochaines années.

Non, les principaux candidats à la présidentielle ne manquent pas d'idées ou de projets autour du numérique. Le fait qu'ils soient inaudibles sur le sujet tient davantage à leur absence de vision éclairée sur la transformation de notre société. Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique (et co-président du groupe Devoteam à la ville) tire une première sonnette d’alarme. "Il ne faut pas s’engager dans des négociations de longue haleine mais aller vers du pragmatique". Il faut par exemple éviter de remttre en cause le fRèglement général sur la protection des données (RGPD), comme le préconisent certains candidats. "Ce serait remettre à plat 4 ans de négociations avec les 29 Cnil européennes, avant même son entrée en vigueur prévue en 2018". Le numérique est au cœur de la révolution que nous vivons aujourd'hui dans nos entreprises, sur nos marchés et dans notre vie de tous les jours. Et pour s'adapter, il faut agir vite. Autant d'arguments qui pousse le président de Syntec Numérique à interpeler les politiques sur ce sujet. Pour lui, pas de doute, la prochaine élection doit acter le quinquennat de la transformation numérique.

90 % des métiers vont changer

Dans les années à venir, 30 millions d’actifs vont changer de métier. Cela ne concerne pas que les jeunes qui arrivent sur le marché du travail mais également les séniors. Pour Godefroy de Bentzmann, il faut "accompagner le mouvement". Par exemple, le domaine de la santé fait de plus en plus de place au numérique, avec notamment la télémédecine.

Revoir les processus de formation

Autre recommandation : améliorer le CPA (Compte personnel d'activité) et le rendre davantage connecté. Comment ? En accordant aux salariés des droits fongibles entre eux, attachés à la personne et non plus concentrés dans les mains de l’entreprise. La question de la formation fait également partie du débat sur le numérique. Syntec Numérique y répond en proposant la mise en place d’un Grenelle de la formation pour "remettre tous les acteurs de la formation autour de la table". Plus d’action et moins de débat, voilà en substance le message de Godefroy de Bentzmann.

Camille Rioual