BFM Business

Pas d'accès à Internet dans les transports avant des années...

Les ordinateurs portables, tablettes et smartphones transforment le long temps passé dans les transports en heures travaillées. Pourtant la connectivité à internet haut débit reste très peu répandue dans les avions et trains.

Les ordinateurs portables, tablettes et smartphones transforment le long temps passé dans les transports en heures travaillées. Pourtant la connectivité à internet haut débit reste très peu répandue dans les avions et trains. - VIRGIN MEDIA

Surfer sur Internet reste impossible, rare ou cher, en train, avion ou métro. Alors que le voyageur perçoit ce service comme indispensable, les transporteurs mettent du temps à satisfaire ce besoin devenu une exigence.

Peut-on transporter des voyageurs sans leur fournir un accès à Internet pendant le trajet ? La réponse est clairement devenue non, aussi bien pour les opérateurs ferroviaires que les compagnies aériennes, ou les autocaristes.

Pourtant, la connectivité à internet haut débit reste rare et chère, voire inexistante, dans les avions et les trains. Elle est pourtant perçue par le voyageur comme un service complémentaire indispensable

Les ordinateurs portables, tablettes et smartphones ont, en effet, transformé les longues heures passées dans les transports en heures travaillées. Combien de voyageurs d'affaires choisirait une compagnie aérienne différente pour disposer d'un accès à Internet à bord de leur avion?

Les TGV allemands proposent déjà du wi-fi à bord

Devant la pression concurrentielle, de plus en plus de transporteurs considèrent ce service, comme un facteur de différenciation commerciale.

En Allemagne, la Deutsche Bahn propose le wi-fi via des hotspots gérés par l'opérateur T-Mobile à bord de ses trains ICE, aussi appelé le TGV allemand. L’accès est gratuit pour les détenteurs d’un abonnement T-Mobile avec accès à internet.

Aux Etats-Unis, l'opérateur télécoms Aircell propose quant à lui un accès internet à haut débit via l’offre Gogo dans les avions de plusieurs compagnies aériennes, au dessus du territoire américain.

Pourtant, ni Air France, ni la SNCF, ni la RATP n'ont encore généralisé à ce jour, la possibilité de se connecter à Internet, quelque soit la technologie sans fil utilisée, dans leurs moyens de transport.

Lemaire épingle la SNCF pour son absence de wi-fi 

Mais les choses évoluent (enfin) dans le bon sens. Tous les grands transporteurs français ont en préparation des plans d'équipement pour en finir avec la "malédiction" de l'internet embarqué à bord. Tous invoquent, cependant, la lourdeur des investissements à engager ou la difficulté du modèle économique à trouver.

Dans le cas de la SNCF, le branle-bas de combat a été déclenché à la suite d'un tweet de la secrétaire d'Etat en charge du numérique. En octobre 2014, Axelle Lemaire avait interpellé la SNCF, l'invitant à discuter avec elle de l'absence du wi-fi dans le TGV à bord duquel elle avait voyagé.

Piquée au vif, la compagnie nationale prépare un appel d'offres pour tous ses TGV début 2015. Mais, elle estime qu'une solution similaire à celle déployée dans le TGV Est ou dans le Thalys lui coûterait 350 000 euros par rame. Le retard de la SNCF est d'autant plus paradoxal que sa propre compagnie d'autocars, IDBus, active depuis 2012, propose la connexion wi-fi gratuite à bord des ses véhicules flambant neuf.

Pas de 3G/4G sur le réseau RATP avant 2017!

Il restera aussi, à l'opérateur ferroviaire, à trouver un modèle économique. Compter sur le seul consommateur pour amortir le coût d'investissement, lié à l’intégration d'une connexion Internet à bord, n'est pas réaliste. Par exemple, le wi-fi déployé en 2014 dans certaines grandes gares est financé par de la publicité.

De son côté, la RATP a aussi lancé, dès 2013, un vaste plan d'équipement visant, dans tout son réseau parisien souterrain, à fournir des accès 3G/4G à ses voyageurs. Il s'agit de remplacer les connexions poussives 2G, actuellement proposées. La régie a toutefois douché l'enthousiasme de ses clients en reculant en 2017, le déploiement de l'accès mobile haut débit sur tout son réseau. Cette échéance avait initialement fixée à la fin 2015.

Du wi-fi à bord des vols Air France... en 2025

Air France est pour sa part en train d'expérimenter très timidement un service d'accès payant par wi-fi, testé depuis 2013, sur des vols commerciaux transatlantiques. Mais, sa généralisation à bord des avions de la compagnie nationale n'est pas pour demain. Pierre-Olivier Bandet, directeur de cabinet du PDG de la compagnie aérienne, a précisé à l'automne 2014 qu'il faudra attendre 2025 avant que ce service soit généralisé sur toute la flotte.

Air France invoque un investissement important et des solutions techniques qui ne seraient pas totalement au point, pour justifier son peu de hâte. Sa clientèle devra donc s'armer de patience avant de pouvoir consulter ses emails ou son compte Facebook à 10.000 mètres d'altitude...

Frédéric Bergé