BFM Business

Paris et Londres main dans la main pour aider les start up

Les deux ministres de l'Economie veulent coopérer pour aider les jeunes entrepreneurs à réussir

Les deux ministres de l'Economie veulent coopérer pour aider les jeunes entrepreneurs à réussir - Eric Piermont/ AFP

Ce lundi, le ministre britannique des Finances, George Osborne a visité avec Emmanuel Macron une pépinière d'entreprise parisienne. Un déplacement plus que symbolique.

"Les jeunes Français qui veulent réussir peuvent le faire ici, dans des endroits comme celui-ci. Notre devoir, c'est de tout faire pour les aider". Ces mots sont ceux d'Emmanuel Macron, venu visiter avec Georges Osborn, les locaux de TheFamily. Cet accélérateur, fondé par Nicolas Colin, Alice Zagury et Oussama Ammar investit dans de jeunes start-ups prometteuses. Une visite destinée à enterrer la hache de guerres entre les deux pays qui se livrent une bataille pour attirer les jeunes talents. En 2013, David Cameron n'hésitait pas à donner dans le "french bashing", appelant ouvertement en 2013 les start-up à venir s'installer à Londres.

Le début d'une coopération

Objectif: jouer main dans la main. Après avoir écouté le pitch de Holy Faya qui fait de la joaillerie en impression 3D et de Clustree, spécialisé dans la gestion de talents, le ministre britannique des Finances s'est montré particulièrement conciliant: "Il y a une vitalité financière au Royaume-Uni comme vous le savez, et donc ce sont des opportunités de financement. Je crois qu'il ne faut pas voir nos économies comme rivales mais complémentaires ".

Pour aider les jeunes entrepreneurs, France et Royaume-Uni veulent ouvrir certaines données publiques. Concrètement, il s'agit de rendre accessibles des informations dans de nombreux secteurs. Par exemple, une start up qui veut créer une application dans le domaine des transports, pourra avoir accès facilement aux horaires ou aux coûts, dans les villes françaises et anglaises. Une mine d'or pour l'aider à se développer. 

Cette transparence s'appliquera à d'autres domaines, comme l'éducation, la recherche d'emploi, ou les nouvelles technologies. L'ouverture des données publiques sera au centre du projet de loi numérique attendu à la rentrée. 

D.B.