BFM Business

Paralysé depuis deux jours à cause de drones, l'aéroport Gatwick de Londres va partiellement rouvrir

-

- - AFP

Survolé par un grand nombre de drones, l'aéroport londonien de Gatwick ne pouvait plus faire décoller d'avions depuis mercredi soir.

L'aéroport londonien de Gatwick, paralysé depuis mercredi soir en raison d'un survol de drones, a annoncé vendredi matin sa réouverture pour un "nombre limité" de vols.

"La piste de Gatwick est actuellement utilisable et un nombre limité d'avions sont prévus au décollage et à l'atterrissage", a indiqué l'aéroport sur Twitter, conseillant aux voyageurs de vérifier le statut de leur vol avec leur compagnie aérienne avant de se rendre à l'aéroport, des vols au départ et à l'arrivée de Gatwick étant toujours sujets à des retards ou à des annulations.

Quelque 110.000 passagers auraient dû emprunter un avion décollant de Gatwick ou y atterrissant jeudi, et 10.000 avaient déjà été affectés mercredi soir.

Jusqu'à cinq ans de prison

L'aéroport avait été fermé mercredi à 21 heures après que deux drones eurent été vus en train de survoler le site. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau à 3 heures 45 jeudi matin et la piste n'a pas pu être rouverte dans la journée car les drones ne cessaient de réapparaître, jouant au chat et à la souris avec les policiers.

Jeudi soir, la police a indiqué que les drones avaient été aperçus plus de 50 fois dans les 24 heures après 21h mercredi. L'armée a été appelée à l'aide et le ministère de la Défense a indiqué avoir déployé du matériel spécialisé pour aider la police à traquer les drones.

Une chasse à l'homme mobilisant plus de 20 unités de police et des dizaines d'agents de police locaux est en cours pour trouver le ou les responsables. Les coupables risquent jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. La législation encadrant l'usage des drones a été renforcée cette année au Royaume-Uni, interdisant leur utilisation à moins d'un kilomètre d'un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres).

Frédéric Bianchi avec AFP