BFM Business

Microsoft à son tour victime d'une cyber attaque

Le logiciel Java d'Oracle est mis en cause

Le logiciel Java d'Oracle est mis en cause - -

L'éditeur de logiciels américain indique avoir subi la même attaque que Apple, Facebook ou Twitter lié au logiciel Java. Pékin est pointé du doigt.

Après Apple, Facebook, Twitter, le New York Times ou le Wall Street Journal, Microsoft a affirmé à son tour avoir été victime d'une attaque informatique similaire, sans avoir trouvé toutefois la preuve d'un vol de données.

"Comme l'ont signalé Facebook et Apple, Microsoft peut confirmer que nous avons récemment expérimenté une intrusion similaire", a déclaré Matt Thomlinson, un haut responsable de la sécurité chez Microsoft, dans un message publié sur son blog.

"Au cours de notre enquête, nous avons trouvé un petit nombre d'ordinateurs, dont certains dans nos unités de Mac, qui étaient infectés par un logiciel malveillant utilisant des technologies similaires à celles décrites par les autres sociétés", a-t-il poursuivi.

Malgré l'absence de preuve d'un vol de données, l'enquête se poursuit, a ajouté M. Thomlinson.

"Ce type de cyber-attaque n'est pas une surprise pour Microsoft et les autres sociétés qui sont aux prises avec des adversaires déterminés et tenaces", a-t-il souligné.

Java mis en cause

Apple a également déclaré mardi avoir subi une attaque, assurant aussi n'avoir "pas de preuve" que des données lui aient été dérobées.

Il avait précisé que le logiciel malveillant avait "été répandu par l'intermédiaire d'un site internet pour des développeurs de logiciels" et a utilisé "une vulnérabilité dans le logiciel Java pour les navigateurs internet".

Facebook avait déjà indiqué la semaine dernière que cette vulnérabilité de Java, un logiciel commercialisé par Oracle, avait été utilisée par des pirates pour commettre une attaque "sophistiquée" contre lui par l'intermédiaire du site contaminé d'un développeur d'applications.

Twitter avait aussi mis en garde contre Java en annonçant le 2 février qu'environ 250.000 de ses utilisateurs avaient été victimes de pirates informatiques "sophistiqués".

La même semaine, les quotidiens américains New York Times et Wall Street Journal avaient rapporté que leurs ordinateurs et systèmes informatiques avaient subi des cyber-attaques, pointant du doigt le gouvernement chinois.

AFP