BFM Business

Mahjoubi veut un "impôt juste et équilibré" pour les géants de l'internet

Mounir Mahjoubi estime que les Européens en "ont marre de voir des entreprises qui ne travaillent pas dans les mêmes conditions fiscales que les acteurs locaux"

Mounir Mahjoubi estime que les Européens en "ont marre de voir des entreprises qui ne travaillent pas dans les mêmes conditions fiscales que les acteurs locaux" - Philippe Lopez - AFP

Le secrétaire d'État au Numérique souhaite convaincre les partenaires européens de la France de taxer davantage les grands acteurs du numérique.

Mounir Mahjoubi, le nouveau secrétaire d'État au Numérique, compte bien mettre les géants de l'internet au même niveau que les acteurs locaux. Notre vision, "c'est créer plus d'égalité, être capable de faire que ces grandes plateformes de l'internet internationales payent en Europe un impôt juste et équilibré qui les mette au même équilibre que les autres", a-t-il indiqué à l'AFP en marge d'une visite à la BpiFrance à Paris. 

Emmanuel Macron avait proposé dans son programme "une taxe sur le chiffre d'affaires des acteurs numériques", a-t-il rappelé. "Maintenant, nous sommes au gouvernement donc il nous appartient de dire quelle forme elle doit prendre, de discuter avec nos pays partenaires pour savoir sur quels sujets on est capable d'amener les autres pays", a-t-il poursuivi.

Les peuples d'Europe "sont prêts"

Pour l'ancien président du Conseil national du numérique, "les peuples d'Europe sont prêts parce qu'ils en ont marre de voir des entreprises qui ne travaillent pas dans les mêmes conditions fiscales et les mêmes conditions économiques que les acteurs locaux".

"C'est une vision qu'on doit nécessairement avoir au niveau européen, et la France doit être un leader sur ce sujet-là", a-t-il expliqué.

L'autre priorité de son action sera le "numérique inclusif", avec des enjeux de "couverture du territoire, d'accessibilité, de médiation numérique" pour s'adresser aux "20 à 30% de Français pour qui c'est dur de se connecter à internet et pour qui c'est compliqué de faire une procédure en ligne".

Grâce à une activité dématérialisée, les grands groupes internet pour la plupart américains, comme Apple, Google ou Facebook, sont des champions de l'optimisation fiscale grâce à des montages financiers qui minimisent leurs impôts.

Les mesures phares d'Emmanuel Macron sur le numérique dans son programme étaient d'"imposer les grands groupes internet sur leur chiffre d'affaires réalisé en France" et "la création d'un marché unique du numérique en Europe".

J.M. avec AFP