BFM Business

Lycamobile, le blanchiment et le travail au noir des ouvriers du BTP

-

- - Thomas Samson - AFP

Le géant des cartes téléphoniques est empêtré dans un vaste scandale de blanchiment d'argent, raconte le JDD ce dimanche. Le cash aurait servi à rémunérer des employés du BTP au noir. Explications.

Les cartes prépayées du groupe britannique sont partout, dans toutes les échoppes de téléphonie, ou non, de toutes les villes de France. Le groupe, fondé par un réfugié sri-lankais devenu richissime, est devenu un incontournable sur le marché des cartes qui permettent de téléphoner à l'étranger.

Des cartes devenues, selon le JDD, une sorte de monnaie alternative. Un connaisseur de la communauté sri-lankaise et indienne explique à l'hebdomadaire que des employés du BTP seraient directement payés en cartes de téléphone.

Un système pour payer en liquide des ouvriers du BTP

Mais surtout, le groupe est soupçonné de faire partie d'un vaste système de blanchiment d'argent dont les recettes servent à rémunérer des ouvriers au noir sur des chantiers du BTP. C'est le dossier sur lequel travaillent actuellement des enquêteurs de la PJ parisienne, dirigée par le parquet national financier.

Un avocat qui suit l'affaire explique le système: des sociétés de BTP ont besoin de cash pour payer leurs employés au noir. Elles commandent des cartes prépayées Lycamobile sur internet. Ces cartes sont remises à des revendeurs via des intermédiaires, en l'occurrence des commerciaux de Lycamobile. Les revendeurs remettent ensuite leur recette en liquide aux entreprises du BTP, toujours en passant par ces intermédiaires. À chaque étape, chacun prend sa commission.

Le DG de Lycamobile France mis en examen

Ce trafic est chiffré à 17 million d'euros sur la période 2014-2016 indique le JDD. Les enquêteurs accusent le groupe Lycamobile d'avoir institutionnalisé ce système de blanchiment, depuis son siège britannique. Une accusation que Lycamobile réfute.

En France, l'enquête a déjà mené à la mise en examen du directeur général de la filiale française, Alain Jochimek pour blanchiment aggravé et escroquerie en bande organisée. Plus d'un million d'euros ont été saisis sur ses comptes bancaires.

En Grande-Bretagne, le scandale fait grand bruit. C'est d'ailleurs là-bas qu'est née l'affaire, quand le média Buzzfeed a publié des photos de coursiers de Lycamobile qui déposaient des sacs à dos remplis de billets au bureau de poste. Un scandale amplifié par le fait que Lycamobile est le plus gros donateur du parti conservateur britannique.

N.G.