BFM Business

Les vidéos de promotion d'armes à feu dans la ligne de mire de YouTube

-

- - Impractical Knowledge/ YouTube

Critiquée après la tuerie de Parkland, la plateforme de vidéos exclura à l'avenir les contenus incitant à l'achat ou à l'utilisation d'armes à feu.

YouTube prend ses précautions dans le débat autour du contrôle des armes à feu. Cette semaine, la filiale de Google a annoncé des restrictions à l'égard des vidéos impliquant de tels objets, qu'il s'agisse de tutoriels, de démonstrations ou de contenus comprenant des liens de redirection vers des sites de vente d'armes.

Si ces nouvelles règles de YouTube prendront effet à partir d’avril, le service semble avoir d'ores et déjà entamé son grand ménage. Plusieurs chaînes liées à l'utilisation d'armes à feu ont été supprimées, rapporte Motherboard. Certaines cherchent quant à elles un hébergeur plus clément pour leurs contenus. InRange TV, une chaîne aux plus de 100.000 abonnés, envisage ainsi de basculer sur PornHub, note The Next Web. La National Shooting Sports Foundation, un groupe de pression de l’industrie des armes à feu, a qualifié cette nouvelle politique de YouTube d '"inquiétante".

25 millions de tutoriels pour construire sa propre arme

Les vidéos montrant des revolvers de toutes sortes connaissent un succès certain sur YouTube. La recherche "how to build a gun ?" ("Comment construire une arme à feu ?") mène par exemple à 25 millions de résultats. Plus de 80.000 vidéos proposent quant à elles de concevoir des "silencieux faits maison". La tuerie de Parkland, en Floride, a ravivé le débat sur le port d'armes aux Etats-Unis et sur l'hébergement de telles vidéos. A la suite de l'incident, la plateforme a été accusée de promouvoir des vidéos mensongères, sous-entendant que les survivants étaient en réalité des acteurs.

A l'heure actuelle, YouTube ne précise pas de quelle façon seront repérées les vidéos mettant en avant des armes à feu. Depuis quelques mois, le service renforce sa vigilance à l'encontre des vidéos contrevenant à ses conditions d'utilisation. Dans une note de blog, lundi 4 décembre, Susan Wojcicki, la PDG de YouTube, a annoncé la constitution d'une équipe de 10.000 personnes assignées à l'identification de contenus abusifs, d'ici 2018. Ces modérateurs seront chargés de repérer les contenus sensibles, polémiques ou violant les conditions d'utilisation de la plateforme. Ils entraîneront également les algorithmes développés par YouTube à repérer plus rapidement et plus efficacement les vidéos à supprimer.

Elsa Trujillo