BFM Business

Les États-Unis garderont Internet sous tutelle encore au moins un an

-

- - Andrew Cowie/AFP

L’Icann, organisme américain de régulation d’Internet devait devenir une organisation internationale en septembre 2015. Elle restera en fait sous la bannière étoilée encore une année… voire plus.

Difficile pour le gouvernement américain de lâcher un organisme aussi stratégique que l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). Il faut dire que son champ d’action est unique sur Internet puisque cet organisme sous tutelle du gouvernement américain attribue les noms de domaine et gère leur commercialisation.

En septembre prochain, l’Icann devait passer sous la responsabilité de l’ONU et déplacer son siège à Zurich pour créer une gouvernance mondiale d’Internet. Finalement, il faudra attendre une année de plus, au moins.

Dans un communiqué, Lawrence E Striking, secrétaire adjoint de la NTIA (National Telecommunications and Information Administration) explique que le processus de transfert est plus complexe que prévu. "Nous avons informé le Congrès ce vendredi que nous prévoyons d'étendre notre contrat avec l'Icann pour une année au 30 septembre 2016." Il ajoute même qu’il se réserve la possibilité de "prolonger le contrat jusqu'à trois années supplémentaires si nécessaire".

Une revanche contre la bataille du .vin remportée par Axelle Lemaire?

En Europe et dans les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Corée du Sud), cette tutelle est mal perçue surtout depuis les révélations d’Edward Snowden. Sur ce dossier, la France a été particulièrement active. Depuis sa nomination au Secrétariat d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire s’était donnée pour mission de participer à une meilleure gouvernance d’Internet. Elle s’était fortement opposée à l’Icann au sujet du .vin et .wine qui ont été acquis par l’Américain Donuts. En juin, elle menaçait même que la France boycotte les négociations sur la réforme de l’Icann.

L’action d’Axelle Lemaire pour la défense des viticulteurs est-elle à l’origine de ce revirement ? En juin, la secrétaire d’Etat craignait que cette négociation crispe le gouvernement américain. Elle envisageait cette possibilité dès juin au Journal Du Net. "Les Républicains sont absolument contre la perte de pouvoir de Washington sur l'Icann et ils pourront se servir de l'exemple du .vin pour appuyer leur argumentation selon laquelle les Etats-Unis ne doivent pas en lâcher la gouvernance. A l'approche des présidentielles, le sujet est très sensible et Hillary Clinton ne se prononcera pas en faveur d'une réforme pour ne pas se mettre à dos le pan le plus à droite des Démocrates." Visionnaire ?

Pascal Samama