BFM Business

  Les dures concessions d'Orange pour conquérir l'Espagne

Orange avait lancé le 15 septembre 2014 une OPA amicale sur l'opérateur Jazztel, pour 3,4 miliards d'euros.

Orange avait lancé le 15 septembre 2014 une OPA amicale sur l'opérateur Jazztel, pour 3,4 miliards d'euros. - AFP Philippe Desmazes

Bruxelles exige d'Orange qu'il loue et cède des actifs télécoms importants en Espagne pour valider son rachat de Jazztel. Il a jusqu'au 25 juin 2015 pour signer ces accords.

Le rachat de l'opérateur espagnol Jazztel ne sera pas une simple formalité pour Orange. Ce dernier se serait vu imposer par la Commission européenne de dures concessions au nom du maintien de la concurrence en Espagne que ce rachat pourrait altérer.

La Commission avait jusqu’au 30 avril 2015 pour prendre une décision finale sur la question de savoir si l’opération envisagée entraverait ou non de manière significative l’exercice d’une concurrence effective dans l'Union Européenne.

Rien n'est encore confirmé par Bruxelles, qui aurait transmis à Orange ses exigences, que le quotidien espagnol El Pais a révélé.

Contrairement au rachat du câblo-opérateur espagnol ONO par l'Anglais Vodafone, validé par Bruxelles mi-2014 sans conditions en raison de la complémentarité des deux opérateurs (fixe pour le premier et mobile pour le second), Orange va devoir sacrifier des activités pour acquérir Jazztel.

Les exigences de Bruxelles portent précisément sur les réseaux fixes où les deux candidats à la fusion sont très présents. Orange devra céder le réseau de Jazztel reliant quelque 700.000 foyers espagnols en fibre optique. Il devra aussi louer à un prix règlementé (de l'ordre de 10 euros par ligne et par mois) le réseau ADSL de Jazztel pour que l'OPA sur celui-ci puisse être validée, selon El Pais.

Deux opérateurs espagnols intéressés par les actifs d'Orange

La Commission a accordé à Orange un délai courant jusqu'au 25 juin pour parvenir à un accord avec les opérateurs intéressés par ces actifs.

Deux opérateurs seraient intéressés, croit savoir El Pais: Yoigo, appartenant à TeliaSonera et Masmovil, comptant différents investisseurs.

Yoigo pourrait ainsi compléter son offre mobile par des installations fixes et deviendrait alors le quatrième opérateur en Espagne.

Dans le cas où Orange ne parviendrait pas un accord validé par la Commission, l'opérateur français pourrait proposer de déléguer la gestion des actifs de Jazztel à un trust indépendant afin de ne pas porter atteinte aux règles de la concurrence qui interdisent une trop grande concentration dans un secteur.

Orange avait lancé le 15 septembre 2014 une OPA amicale sur Jazztel, pour 3,4 miliards d'euros. Le groupe tablait alors sur des synergies de 1,3 milliard d'euros en cas de succès de l'opération. Ce rachat lui permettrait de passer de 16 à 27 % du marché des abonnements fixes haut débit et 25 % à 28 % des lignes mobiles.

Frédéric Bergé