BFM Eco

Le syndicat national des pilotes repousse d'une semaine sa grève 

Les pilotes en grève à partir du 14 mai

Les pilotes en grève à partir du 14 mai - ERIC PIERMONT / AFP

Les pilotes du SNPL repoussent d'une semaine leur grève pour s'adapter au calendrier parlementaire. Ils craignent notamment que la loi d'orientation des mobilités instaure une branche du transport aérien incluant tous les métiers de l'aérien, ce qui remettrait en cause la représentativité spécifique des pilotes.

Le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), principal syndicat qui représente les pilotes basés en France, repousse sa grève. Inquiet d'une possible remise en cause de la représentativité spécifique des pilotes et de l'avenir de leur caisse de retraite, le SNPL a repoussé au 14 mai le début d'un préavis de grève "technique" destiné à alerter le gouvernement, a-t-on appris ce mardi.

Ce préavis, qui devait débuter le 6 mai, courra finalement du 14 au 19 mai afin de s'adapter au calendrier parlementaire et alors que "les discussions avec le gouvernement se poursuivent", a indiqué une source syndicale, confirmant des informations du quotidien La Tribune.

Représentativité spécifique et retraites

Les pilotes craignent qu'un amendement visant à remettre en cause leur représentativité spécifique ne soit déposé au projet de loi d'orientation des mobilités (LOM), examiné en commission à l'Assemblée nationale à partir du 14 mai après son adoption par le Sénat.

Dans le cadre de la réduction du nombre de branches entamée depuis la loi travail de 2016, le gouvernement réfléchit à la mise en place d'une branche du transport aérien incluant tous les métiers de l'aérien, ce qui n'est pas le cas actuellement. Dans cette hypothèse, faute de représentativité spécifique, les pilotes pourraient se retrouver fondus au sein d'un secteur où les personnels au sol sont très largement majoritaires.

Les pilotes s'inquiètent également du devenir de leur caisse de retraite spécifique, dans le cadre de la réforme des retraites. Ils ne cherchent toutefois pas à entamer "la relation de confiance avec la nouvelle équipe dirigeante d'Air France", première compagnie aérienne française, a souligné cette source syndicale, qui insiste sur sa "confiance dans la capacité du gouvernement à comprendre les enjeux" et éviter la grève

Paul Louis avec AFP