BFM Business

Le spécialiste du reconditionné Back Market lève 41 millions d'euros

Thibaud Hug de Larauze, Vianney Vaute et Quentin Le Brouster, ont fondé Back Market en 2015

Thibaud Hug de Larauze, Vianney Vaute et Quentin Le Brouster, ont fondé Back Market en 2015 - Back Market

La start-up, spécialisée dans les produits reconditionnés, créée en 2015 a finalisé un tour de table de 41 millions d'euros. Cette augmentation de capital lui donne les moyens d'accélérer son développement sur le marché mondial.

Pour cette start-up française, l’obsolescence programmée n’est pas un problème bien au contraire. Il s’agit de Back Market, une place de marché de produits électroniques reconditionnés, en croissance depuis sa création en 2015.

Après deux levées de fonds (300.000 euros en 2015 et 7 millions d’euros en 2017), l’entreprise créée par Thibaud Hug de Larauze, Vianney Vaute et Quentin Le Brouster vient de finaliser un tour de table de 41 millions d'euros auprès de Groupe Arnault, la société d'investissement Eurazeo, Daphni, Aglaé Ventures et Thierry Petit.

La startup emploie une centaine de personnes à Paris, Bordeaux et New York. La société souhaite renforcer ses équipes en France et à l'étranger et prévoit de recruter plusieurs dizaines de développeurs d'ici la fin de l'année.

Créer un label international

Cette augmentation de capital donne à la société les moyens d'accélérer son développement sur un marché mondial estimé à 50 milliards d'euros dont 22 milliards d'euros pour les smartphones. Et l’ambition de ce site est d’offrir une alternative aux géants du ecommerce mondiaux ou européens comme Amazon à eBay en passant par LeBoncoin ou La Fnac.

En trois ans, l'entreprise s'est imposée en France et en Europe, et s'est lancée aux États-Unis début 2018. "La bulle de produits reconditionnés a trouvé sa place entre ceux qui vendent des produits d’occasion et les vendeurs de produits neufs en proposant des tarifs moins chers que le neuf et des garantis que n’offrent pas l’occasion", a indiqué Thibaud Hug de Larauze, pdg, sur BFM Business.

La stratégie du la startup ne se limite pas seulement à remettre à neuf les produits qu’elle propose sur son site. Elle veut créer un label international pour "assurer au consommateur une expérience aussi bonne voire meilleure que sur un produit neuf". Le modèle de Back Market n’inquiète pas les fabricants bien au contraire. Apple utilise aussi cette plateforme pour vendre en Europe ses produits reconditionnés.

Pascal Samama