BFM Business

Le robot made in France Buddy annoncé pour la fin de l'année

À partir de Noël prochain, Blue Frog Robotics veut commercialiser Buddy, un robot de compagnie conçu et réalisé en France.

À partir de Noël prochain, Blue Frog Robotics veut commercialiser Buddy, un robot de compagnie conçu et réalisé en France. - Blue Frog Robotics

Buddy, le robot de compagnie qui comprend ce qu’on lui dit sera distribué pour les fêtes de fin d'année. Conçu à Paris et fabriqué en Bretagne, il a nécessité la collaboration de 300 développeurs pour créer des applications ludiques, éducatives ou domotiques.

Grande nouvelle pour la robotique française. Buddy, ce robot français dont on parle depuis des années sera commercialisé en fin d’année par Blue Frog Robotics, une entreprise qui, comme son nom ne l’indique pas, est totalement française. Cette start-up parisienne qui emploie déjà 20 salariés a même décidé de faire de Buddy un véritable robot made in France qui sera fabriqué dans une usine bretonne.

Comme l’indique sur BFM Business Bruno Bonnell, PDG de Robolution Capital qui est entré dans le capital de Blue Frog Robotics, Buddy n’est pas un robot compagnon, mais un robot de compagnie. Et pour ce spécialiste, la nuance est d’importance. "Il a été conçu pour le loisir, l’éducation, la convivialité et sans promettre de soigner les gens, de leur amener le café, nous n’en sommes pas là. Il ne faut pas aller trop vite dans la robotique", a-t-il déclaré au micro de Stéphane Soumier lors de l’émission Good Morning Business. "En promettant un humanoïde qui n’arrivera que dans quelques décennies, on crée une frustration et un rejet".

Créer des emplois en France

Buddy est en effet loin des robots des films de science-fiction, mais il arrive quand on l’appelle, comprend ce qu’on lui dit, et propose de nombreuses fonctions comme le jeu avec les logiciels d’Ubisoft, l’éducation avec ceux de Nathan et même la domotique avec des outils développés par Somfy. Il peut même prévenir en cas d’intrusion dans un domicile, mais il ne les empêchera pas. "Avec sa taille et son poids, un coup de pied et c’est réglé", signale Bruno Bonnell.

Ce robot ne va donc prendre le travail de personne, mais va-t-il en créer? Les 10.000 premiers exemplaires seront produits en France, mais si le succès nécessite une production plus importante, il faudra peut-être trouver d’autres sites. Pour Bruno Bonnell, le problème n’est pas là. "Les technologies robotiques c’est 80% de logiciels et d’intégration. Si c’est conçu en France, c’est à nous de trouver les mécanismes, comme Apple en Californie. L’iPhone n’y est pas assemblé, mais les profits arrivent aux États-Unis".

Pascal Samama