BFM Business

Le patron de KickAss Torrents arrêté

Kickasstorrent est le plus grand site illégal de partage de fichiers au monde.

Kickasstorrent est le plus grand site illégal de partage de fichiers au monde. - Kickasstorrent

Les autorités américaines ont annoncé l'inculpation d'Artem Vaulin, dirigeant du site internet de contenus numériques piratés le plus visité au monde.

Le site KickAss Torrents pourrait bien vivre ses dernières heures. Les autorités américaines ont en effet annoncé, mercredi 20 juillet, l'arrestation en Pologne et l'inculpation aux États-Unis pour violation des droits d'auteur de l'Ukrainien Artem Vaulin, accusé de diriger le site internet de contenus numériques piratés le plus visité au monde.

Les États-Unis veulent obtenir son extradition, et un tribunal de Chicago a d'ores et déjà ordonné la saisie d'un compte bancaire et de sept adresses internet, précise le département américain de la Justice (DOJ) dans un communiqué.

Artem Vaulin, âgé de 30 ans, est propriétaire de Kickass Torrents (KAT), une plateforme de partage de fichiers qui permettait depuis 2008 de reproduire et distribuer illégalement des centaines de millions de films, jeux vidéos, programmes de télévision, morceaux de musique et autres contenus numérique.

Un préjudice estimé à plus d'un milliard de dollars

Dans sa plainte, il estime que KAT attire plus de 50 millions de visiteurs par mois, ce qui en fait le 69e site internet le plus visité au monde, et chiffre le préjudice à plus d'un milliard de dollars.

Dans une affaire similaire très médiatisée, les autorités américaines avaient obtenu début 2012 la fermeture du site de téléchargement de fichiers Megaupload, qui à son heure de gloire était le 13e site le plus visité de l'internet avec également 50 millions d'utilisateurs quotidiens.

Ils n'ont toutefois toujours pas réussi à faire juger son propriétaire Kim Dotcom, qui encourt 20 ans de prison: la justice néo-zélandaise a en effet décidé fin 2015, après plusieurs années de bataille judiciaire, qu'il pouvait être extradé aux Etats-Unis, mais Kim Dotcom a fait appel.

Y.D. avec AFP