BFM Business

Le bénéfice d'Apple recule mais reste confortable

Les performances de la marque à la pomme sont largement inférieures aux résultats stratosphériques auxquels la marque a habitué le marché.

Les performances de la marque à la pomme sont largement inférieures aux résultats stratosphériques auxquels la marque a habitué le marché. - -

L'entreprise de Cupertino a publié, le 28 octobre, des résultats qui, bien que solides, montre un recul inédit du bénéfice net qui surprend venant d'une marque habituée à pulvériser les records de profitabilité.

Pour la première fois depuis onze ans, le bénéfice net d'Apple a reculé. De 11% exactement pour l'exercice clôt fin septembre, selon les résultats publiés par l'entreprise de Cupertino, lundi 28 octobre.

Il faut relativiser. Le groupe a tout de même généré sur ce dernier exercice 37 milliards de dollars de résultats nets, ce que peu d'entreprises au monde sont capables de faire. Et en trésorerie, Apple dispose de 146 milliards de dollars. Mais là-encore, la croissance du trésor de guerre d'Apple est la plus faible enregistrée d'un trimestre sur l'autre.

Plusieurs éléments montrent un point d'arrêt, un calage, essentiellement au niveau de la marge de la marque à la pomme. Et pourtant, son iPhone est l'un des produits les plus profitables au monde. Un produit sur lequel l'entreprise récupère 40% de marge.

Reste qu'Apple ne pouvait pas continuer indéfiniment à publier des niveaux de profitabilité stratosphériques. Même si le marché, qui en veut toujours plus, n'est pas disposé à l'entendre.

Recul des ventes de l'iPad

Pour le trimestre à venir, il y a l'espoir de voir revenir ces performances uniques puisque, grâce au dernier modèle d'iPhone, la marque retrouve de fortes marges.

Les équipes de Tim Cook ne peuvent cependant pas compter seulement sur le fameux smartphone, qui ne compte que pour la moitié du chiffre d'affaires du groupe.

Or il est inquiétant de constater que le recul est net sur l'iPad, et la nouvelle version de la tablette présentée la semaine dernière ne contient pas d'innovation technologique à même de faire exploser la demande.

C'est d'ailleurs la première fois depuis quatre ans qu'aucune révolution technologique n'est annoncée chez Apple. La marque est même à la traîne par rapport à ses concurrents sur la montre connectée par exemple, ou Samsung et Sony l'ont devancé, ou encore sur la télé connectée.

Le chiffres d'affaires global augmente néanmoins sur le trimestre, et montre une légère augmentation des ventes en Chine. C'est peut-être là les graines du retour de la croissance fulgurante des marges du groupe.

Emmanuel Duteil et BFM Business