BFM Business

La vente de la pépite de Safran dans la biométrie suscite les convoitises

Morpho intègre aux aubettes de contrôle manuel des outils spécifiques permettant de vérifier les passeports et visas biométriques. Ils permettent de comparer les données du titre à une base de données nationale (AFIS) ou européenne (BMS).

Morpho intègre aux aubettes de contrôle manuel des outils spécifiques permettant de vérifier les passeports et visas biométriques. Ils permettent de comparer les données du titre à une base de données nationale (AFIS) ou européenne (BMS). - Eric Vernazobres-Morpho

"Le groupe aéronautique et de défense met en vente Morpho. Ce spécialiste de la sécurité numérique, dispose d'une compétence rare et convoitée dans la biométrie. De quoi intéresser de nombreux acquéreurs potentiels, français et étrangers."

Alors que le renforcement des moyens de surveillance de l'espace public mobilise l'État, un joyau français est en vente dans ce domaine. Safran engage le processus de vente de sa filiale Morpho, spécialisée dans la sécurité numérique. Selon le Figaro, le groupe d'aéronautique et de défense souhaite vendre cette filiale qui ne cadre plus avec ses deux coeurs de métier.

Cette société d'ingénieurs spécialisés en sécurité numérique dispose de compétences avancées dans l'identification biométrique par les empreintes, l'iris de l'oeil et le visage. Elle a aussi développé un savoir-faire apprécié dans la sécurité des cartes à puces utilisées par les banques et les opérateurs ainsi que dans les système de détection d'explosifs utilisés dans les aéroports notamment. 

Morpho emploie 8.600 salariés pour un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros, soit 10% du chiffre d'affaires de Safran. Son savoir-faire lui a permis d'être retenu dans le cadre d'un vaste projet du gouvernement indien impliquant des relevés biométriques à effectuer sur toute la population, soit plus d'un milliard d'individus (cf encadré ci-dessous).

Une cession suivie de près par les pouvoirs publics

Les candidats au rachat de la filiale de Safran auraient jusqu'au 17 juin 2016 pour remettre une offre aux banques Lazard et Société Générale, mandatées pour l'opération, rapporte le quotidien. Plusieurs groupes français s'intéressent à la pépite technologique. Dans le lot, se trouve logiquement Atos, Gemalto ou Oberthur, tous spécialisés dans la sécurité numérique, mais également la banque publique Bpifrance, et des fonds français ou étrangers, Eurazeo, Astorg, PAI, Wendel, KKR, CVC, Apollo, Carlyle ou encore Bain Capital et les industriels japonais NEC, suédois HID, et allemand G&D.

La cession de cette société et le profil de son acquéreur, seront, à n'en pas douter, suivis de près par les pouvoirs publics en raison des technologies pointues qu'elle maîtrise et du contexte sécuritaire actuel.

Safran a déjà cédé, lors du premier trimestre de 2016, au britannique Smiths Group, sa filiale américaine Morpho Detection pour 710 millions de dollars. L'opération devrait être finalisée début 2017. "Cette opération bien menée s'inscrit parfaitement dans le cadre de notre stratégie, qui consiste à recentrer notre développement sur les marchés de l'aéronautique et de la défense" avait commenté Philippe Petitcolin, le directeur général de Safran.

Plus d'un milliard de citoyens indiens ont obtenu une identité numérique

Le projet Aadhaar, vaste programme d’identification de toute la population indienne, a franchi un cap symbolique, celui du milliard d'identités délivrées et validées au moyen de la biométrie. La filiale de Safran participe à ce programme, lancé en 2010, qui consiste à relever les empreintes digitales, l'iris et la face de chaque citoyen indien. Ces données sont ensuite enregistrées pour permettre la délivrance d'une carte d’identité numérique sous forme d'un numéro unique à 12 chiffres. Ainsi dûment identifié, chaque citoyen, dans un pays où de nombreux habitants n'ont pas de preuve formelle d'identité, pourra bénéficier d'aides sociales ou ouvrir un compte bancaire.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco