BFM Business

La maigre concession financière du patron d'Apple à Donald Trump

Tim Cook n'a guère donné de détails sur la nature de ce projet d'investissement d'un milliard de dollars aux États-Unis.

Tim Cook n'a guère donné de détails sur la nature de ce projet d'investissement d'un milliard de dollars aux États-Unis. - Justin Sullivan-Getty Image-AFP

Tim Cook va créer un fonds d'investissements d'au moins 1 milliard de dollars en faveur de l'industrie de pointe aux États-Unis. Une goutte d'eau par rapport aux 250 milliards de liquidités détenues par Apple.

Faut-il y voir une (petite) concession d'Apple au patriotisme économique défendu par Donald Trump? La firme californienne envisage de créer un fonds d'investissements d'au moins 1 milliard de dollars aux États-Unis. "Nous créerons un fonds consacré à l'industrie de pointe, dans lequel nous mettrons dans un premier temps 1 milliard de dollars", a annoncé Tim Cook, PDG d'Apple, au cours d'un entretien à la chaîne de télévision américaine CNBC.

Le patron d'Apple n'a guère donné de détails sur la nature de ce projet, se contentant d'annoncer qu'Apple était en négociations avec un groupe, qu'il n'a pas nommé, et avait déjà décidé d'y investir une part de cette somme.

Cette annonce intervient dans un contexte politique marqué par les débuts de la présidence du républicain Donald Trump, qui s'est fait élire sur un programme à la tonalité protectionniste et a notamment assuré qu'il forcerait Apple a rapatrier une production largement effectuée en Chine.

Quoi qu'il en soit, le montant d'un milliard de dollars, du point du des États-Unis, apparaît plus comme une goutte d'eau dans l'océan de plus de 250 milliards de dollars de liquidités détenues à l'étranger (pour 90%) par Apple, lequel a encore annoncé cette semaine des résultats trimestriels en hausse bien qu'un peu inférieurs aux attentes.

Le rapatriement de ces montants colossaux aux États-Unis coûterait très cher à la firme californienne compte tenu de la législation fiscale en vigueur qui les imposerait à 35%, même si Donald Trump a récemment présenté une réforme destinée à considérablement abaisser les impôts des entreprises. Mais, cette réforme doit encore passer devant le Congrès américain.

Frédéric Bergé avec AFP