BFM Business

La Hadopi a-t-elle encore les moyens de ses ambitions?

En 4 ans, 3,5 millions de courriers d'avertissement ont été envoyés.

En 4 ans, 3,5 millions de courriers d'avertissement ont été envoyés. - Ttamburix - Flickr - cc

La Haute autorité pour la protection des œuvres sur Internet doit sanctionner les internautes fraudeurs et promouvoir l'offre légale. Problème: son budget a été divisé de moitié depuis sa création.

Que devient la Hadopi? La Haute autorité pour la protection des œuvres sur Internet présente ce 28 octobre son rapport d'activité annuel. L'occasion pour l'institution de défendre son bilan et ses missions. Il y a bien sûr ce qu'on appelle la réponse graduée, les mails d'avertissements envoyés aux internautes qui téléchargent illégalement. Autre mission : promouvoir l'offre légale. Les chiffres montrent que la Hadopi envoie plus que jamais des courriers aux "téléchargeurs", mais elle risque bientôt de ne plus en avoir les moyens.

On l'avait presque oubliée mais la Hadopi est toujours là pour veiller au grain. En quatre ans, plus de 3,5 millions de courriers d'avertissement ont été envoyés aux internautes qui téléchargent sur des sites illégaux. Rien qu'au mois de septembre, 132.000 premiers avertissements sont partis et 14.000 relances.

Amendes de 250 à 700 euros

Des chiffres qui confirment que l'Autorité exécute toujours sa mission, même si en bout de chaîne, le nombre de dossiers envoyés devant le juge reste, lui, anecdotique.

Avertir est une chose, mais est-ce efficace? Depuis plus d'un an, on ne peut plus suspendre l'accès à internet. Quant aux amendes, elles sont très rares et vont de 250 à 700 euros.

Du côté de la Hadopi, on estime néanmoins que la peur de la sanction marche. Mais ils s'inquiètent. Leur budget a été divisé de moitié depuis sa création.

La présidente de l'Autorité avertit, ils n'auront bientôt plus les moyens de maintenir la pression sur les internautes fraudeurs. Et encore moins de développer des offres alternatives légales pour contrer le téléchargement.

Isabelle Gollentz