BFM Business

L’Etat simplifie l’accès aux services publics en ligne

Le site Internet de la ville de Nîmes est le premier à intégrer le bouton France Connect. D’autres municipalités suivront dès 2016.

Le site Internet de la ville de Nîmes est le premier à intégrer le bouton France Connect. D’autres municipalités suivront dès 2016. - Ville de Nîmes

De plus en plus de sites internet de services publics proposeront un bouton France Connect, permettant aux usagers de se créer un compte et de s’inscrire à des services en quelques clics, de façon sécurisée et sans avoir à fournir eux-mêmes les justificatifs nécessaires.

Inscrire ses enfants à la crèche municipale ou à la cantine scolaire, faire une demande de carte de stationnement, d’aide juridictionnelle ou tout simplement accéder à l’espace privé d’un service public (mairie, impôts, caisse des allocations familiales…) peut s’avérer fastidieux. D’une part parce qu’accéder à un espace personnel en ligne oblige l’usager à mémoriser un identifiant et un mot de passe sophistiqué pour chaque service public. D’autre part parce que bénéficier de ces services requiert la transmission systématique, rébarbative et chronophage de documents administratifs à jour.

Dans le cadre du plan de modernisation de l’action publique française, l’Etat va désormais simplifier l’accès et l’enregistrement à une majorité de ces services. Pour cela, il a développé France Connect, un bouton qui sera progressivement disponible sur les sites proposant des services publics.

Un seul identifiant pour accéder à tous les services e-administratifs

Comment? D’abord France Connect permet aux usagers de se connecter à tous les services publics en utilisant un seul et même couple identifiant/mot de passe qu’ils connaissent déjà (celui leur permettant d’accéder à leur compte laposte.fr, ou celui leur donnant accès à leur espace personnel sur le site impots.gouv.fr ou, dès janvier 2016, celui leur permettant de consulter leur compte ameli.fr).

Ces codes leurs donnent accès à ces services publics même s’il n’ont pas de compte sur les sites Internet associés. Mais surtout, une fois l’usager identifié, France Connect va servir de tiers de confiance entre le fournisseur de service (mairie, administration…) et les fournisseurs de données (les impôts et la CAF, par exemple), lesquels sont en possession des informations dont le citoyen a besoin pour activer un service. Ainsi, lors d'une inscription en crèche municipale qui nécessite une adresse, le niveau d’imposition ainsi que le quotient familial fourni par la CAF; une fois validée par l’internaute, chacun de ces organismes communique alors à la mairie les informations en leur possession.

Effacer les craintes sur la fuite des données

France Connect représente donc une nouvelle alternative pour réaliser ses démarches administratives en ligne. Les usagers ne souhaitant pas utiliser ce bouton peuvent par ailleurs faire leurs démarches de façon classique. De plus, l’envoi d’informations d’un fournisseur de données (impôts, CAF…) vers un fournisseur de service (mairie, administration…) ne peut être réalisé sans l’approbation finale de l’internaute. Autrement dit, il peut en cours de route annuler l’opération, pour revenir à une inscription classique. Enfin, France Connect ne centralise et ne stocke aucune donnée. Son rôle se limite à celui de tiers de confiance garantissant l’intégrité de l’identité de l’usager se connectant à un service administratif à l’aide d’un identifiant et d’un mot de passe qui n’a cependant pas été délivré par ce même service.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a été associée au développement de ce dispositif, ainsi que l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), service rattaché au secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale.

Eddye Dibar