BFM Business

L'as français de la compression vidéo passe sous pavillon américain

Tout l'art de la compression d'images vidéo consiste à diffuser toujours plus de contenus HD et Ultra HD sur tous les supports (écran TV, PC, smartphones...) sans altérer la qualité de l'image, pour l'utilisateur final.

Tout l'art de la compression d'images vidéo consiste à diffuser toujours plus de contenus HD et Ultra HD sur tous les supports (écran TV, PC, smartphones...) sans altérer la qualité de l'image, pour l'utilisateur final. - Yoshikazu Tsuno-AFP

Thomson Video Networks va être racheté par son rival américain Harmonic. Avec ses 400 salariés la PME rennaise, sortie du giron de Technicolor en 2011, apporte  son savoir pointu dans la compression d'images vidéo.

Encore une pépite française qui passe sous pavillon étranger. Thomson Video Networks affirme avoir accueilli favorablement l'offre de rachat d'Harmonic, son rival américain. Sa technologie consiste à permettre la diffusion de contenus vidéos compressés pour être adaptés à tous les supports (écran TV, PC, smartphones...) sans altérer la qualité de l'image pour celui qui la visionne.

Thomson Video Networks compte parmi ses clients des chaînes de télévision et des opérateurs tels que la BBC, le groupe Canal+, Eutelsat, France Télévisions, Sky Sports et Vodafone Espagne.

"La perspective d’un tel rapprochement permettrait au nouvel ensemble de se positionner comme le leader dans l’industrie vidéo" explique t-on du côté de Rennes, où se trouve le siège social de la firme française. "Je suis très heureux de partager cette nouvelle avec nos équipes, nos clients et nos partenaires, ajoute Christophe Delahousse, président de Thomson Video Networks.

La PME française fait 90% de son activité à l'export

Sortie du giron de Technicolor (ex-Thomson) en 2011, la PME technologique française et ses 400 salariés (dont 200 ingénieurs), sont adossés à un fonds de capital développement géré par Edmond de Rothschild investment partners. La majorité du capital reste détenue par le management et les cadres.

En se mariant avec Harmonic, firme américaine beaucoup plus importante qu'elle avec ses 342 millions d'euros de chiffre d'affaires, la PME espère élargir sa présence sur le marché mondial de la diffusion vidéo. La France ne représenterait que 10% de son chiffre annuel de 71 millions d'euros, réalisé en 2014 avec 16 filiales commerciales et techniques à l'étranger.

Thomson Video Networks, qui était déjà solidement implanté sur les marchés de l'Europe, de l'Asie-Pacifique et d'Amérique Latine, verrait également sa présence se renforcer sur le marché nord-américain.

Une fois la procédure d’information-consultation du comité d'entreprise réalisée, la transaction pourrait être finalisée au premier trimestre 2016.

Frédéric Bergé