BFM Business

Jackpot en vue pour les dirigeants de Webedia

Cédric Siré, François Hollande, Axelle Lemaire, Marc Ladreit de la Charrière et Guillaume Multrier chez Webedia en mars 2015

Cédric Siré, François Hollande, Axelle Lemaire, Marc Ladreit de la Charrière et Guillaume Multrier chez Webedia en mars 2015 - Philippe Wojazer AFP

En deux ans, Fimalac est devenu le 6ème groupe web du pays en rachetant Webedia, Allociné, Jeuxvideo.com, 750 grammes, Easyvoyage... Le groupe a dépensé pour cela 240 millions d'euros, mais a promis de verser 71 millions d'euros supplémentaires aux anciens propriétaires des sites, essentiellement à ceux de Webedia.

Webedia? Ce nom ne vous dit probablement rien. Pourtant, c'est le nouveau poids lourd du web. Avec 20 millions de visiteurs uniques en avril, c'est le 6ème groupe internet du pays, et le premier indépendant.

Il faut dire qu'il y a peu, Webedia n'était qu'un petit groupe, réalisant 20 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012, en éditant quelques sites d'actualité comme Pure People ou Ozap.

Mais il y a deux ans, Webedia a été racheté par Fimalac, et depuis s'est lancé dans des acquisitions à tour de bras: Allociné, Jeuxvideo.com, 750 grammes, Overblog, Terra Femina, Easyvoyage... 

L'addition va s'alourdir

A fin 2014, Fimalac a déjà dépensé 240 millions d'euros pour ces acquisitions. Mais ce n'est pas tout. Car en général, les sites n'ont pas été rachetés à 100%: seule une majorité du capital a été acquise, et les anciens propriétaires sont restés minoritaires. Toutefois, une promesse d'achat sur le solde du capital leur a été octroyée dans la plupart des cas. "Les créateurs gardent une part des sociétés acquises. Nous n'achetons pas la totalité d'un capital, même si nous verrouillons pour avoir le contrôle un jour", expliquait en mars le directeur général Cédric Siré.

Au total, ces compléments de prix à verser finissent par représenter des sommes substantielles. Dans ses comptes 2014, Fimalac estime à 71,3 millions d'euros l'argent potentiellement à débourser. Cette estimation se base sur "la valeur actualisée des prix d'exercice estimé des promesses d'achat", précisent ces comptes. 

Sur cette somme, l'essentiel correspond au futur rachat des minoritaires de Webedia, qui pourrait absorber à lui seul 57 millions d'euros (interrogé sur cette estimation, le porte-parole de Webedia n'a pas répondu).

Actuellement, les minoritaires de Webedia détiennent 20,9% du capital, le solde appartenant à Fimalac. "Ces minoritaires sont les anciens actionnaires de Webedia, à savoir les managers -dont Guillaume Multrier et Cédric Siré- à hauteur de 4,7%; les fonds Ventch et Idinvest; et des personnes physiques", précise le porte-parole de Webedia.

Les minoritaires de Webedia pourraient aussi inclure d'anciens actionnaires de Terra Femina, site racheté en actions par Webedia en 2013 (interrogé sur ce point, le porte-parole de Webedia n'a pas répondu).

Une stratégie axée sur la rentabilité

Enfin, et non des moindres, le montant de ces compléments de prix n'est pas fixé à l'avance, mais dépend notamment de la rentabilité future. Autrement dit, les anciens propriétaires du site peuvent toucher leur complément de prix si la rentabilité du site reste bonne. Ce mécanisme, appelé earn out, est classique, notamment dans l'internet, afin d'inciter les anciens propriétaires à rester en poste, et atteindre de bons résultats.

En l'espèce, "l'earn out est basé sur la réussite de la société acquise et aussi de l'ensemble", expliquait en mars Cédric Siré. Surtout, cela incite les dirigeants de Webedia à acheter uniquement des sites rentables, et à doper la rentabilité de ces sites après l'acquisition via une réduction des dépenses, par exemple en réduisant les effectifs. Cela pourrait expliquer les vagues de départs qui ont lieu après les acquisitions. Par exemple, sur la centaine de salariés que comptait AlloCiné lors du rachat, près de la moitié est aujourd'hui partie, selon des sources internes. A noter toutefois que Webedia assure recruter en parallèle à tour de bras (200 personnes cette année).

Valorisation élevée

Le complément de prix promis aux minoritaires de Webedia est certes important, mais il faut rappeler que Fimalac est rentré dans Webedia en 2013 sur une valorisation élevée: 70 millions d'euros pour 100% du capital, soit 11,6 fois l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) moyen sur 2012 et 2013 (6 millions d'euros).

Lors de cette opération, les fondateurs Cédric Siré et Guillaume Multrier, qui détenaient un quart du capital, ont vendu la moitié de cette participation, et se sont engagés à rester cinq ans, selon CF News. Les fonds Ventech, Idinvest, Xange et Airtek, qui avaient injecté 10 millions d'euros au total, ont aussi cédé une partie de leurs actions, mais en ont conservé une autre, selon la Tribune.

Fimalac, après avoir d'abord racheté 38,8% du capital en 2013, est ensuite montré progressivement à 79,1% en rachetant d'autres minoritaires, en souscrivant à des augmentations de capital, et en apportant des actifs, à savoir les sites AlloCiné et Terra Femina. A noter que Terra Femina a été racheté avec la même valorisation que Webedia (11,6 fois l'excédent brut d'exploitation). 

Les actionnaires de Webedia avant le rachat (en février 2012)

Guillaume Multrier Cédric Siré Stéphane Guinet Webomundo (François-Xavier Couval) Financière HG (Hubert Gery) PLCB (Philippe Leoni, ex-propriétaire de Pinacolaweb) FBD Holding (Fabrice Berger Duquene, ex-propriétaire de PureStyle)

Ventech Capital X Ange Capital Idinvest Partners (ex-AGF Private Equity) DFG Invest

source: actes déposés au greffe

Les acquisitions de Webedia dans l'internet 

2013
Terra Femina* (100% pour 10,9 millions d'euros) Allociné* (100% pour 68,3 millions d'euros) Confidentielles/750 grammes (61,5% pour 6 millions d'euros) Exponaute (100% pour 0,3 millions d'euros)

2014
Melberries (60% pour 1,4 millions d'euros) Diwanee (Liban; 55,5% pour 12,1 millions d'euros) Overblog (100% pour 3,3 millions d'euros) Jeuxvidéo.com (100% pour 92,6 millions d'euros) MoviePilot** (Allemagne; 14,9 millions d'euros)

2015
millenium.org (100%) Côté ciné/boxoffice.com (majorité du capital) Easyvoyage (57%)

source: comptes de Fimalac
*acheté par Fimalac puis apporté à Webedia **acheté via Allociné

Les résultats de Webedia (en millions d'euros)

Chiffre d'affaires
2013 : 21,4  2014 : 62,3 (pro forma: 66) 2015: 100

Excédent brut d'exploitation (Ebitda)
2013: -0,7 2014: +11,5 (pro forma: +13,5)

Résultat opérationnel courant
2013 : -2,4 2014 : +8

sources: Webedia, Fimalac
NB: le pro forma est calculé comme si les acquisitions avaient eu lieu en début d'exercice

Jamal Henni