BFM Business

Ingenico poursuivra sa croissance externe malgré l'échec de Worldpay

La société britannique Worldpay avait annoncé vendredi 18 septembre 2015, son intention d'entrer à la Bourse de Londres, déclinant l'offre de rachat d'Ingenico.

La société britannique Worldpay avait annoncé vendredi 18 septembre 2015, son intention d'entrer à la Bourse de Londres, déclinant l'offre de rachat d'Ingenico. - Ingenico

Le fabricant français de terminaux de paiement a indiqué qu'il poursuivrait sa stratégie de croissance externe, malgré l'échec de sa tentative de rachat de Worldpay.

Le fabricant français de terminaux de paiement a reconnu son échec dans sa tentative de reprise du groupe britannique Worldpay, spécialisé dans les paiements sur Internet. Ce dernier avait annoncé, vendredi 18 septembre 2015, son intention d'entrer à la Bourse de Londres, déclinant de ce fait, l'offre de rachat d'Ingenico.

"Ingenico Group indique que les discussions qui avaient été engagées en vue d'une éventuelle acquisition de Worldpay n'ont pas pu aboutir et sont désormais terminées".

C'est la première fois qu'il reconnaît officiellement avoir fait une offre sur Worldpay, qu'il n'avait pas commenté publiquement. Ingenico aurait mis sur la table 6 milliards de livres, puis 6,6 milliards (9 milliards d'euros), selon des informations de la presse britannique.

Les marchés boursiers trouvaient l'opération osée

Les marchés trouvaient l'opération pour le moins osée, la capitalisation boursière du groupe français atteignant environ 6 milliards d'euros.

L'action Ingenico, qui avait atteint un plus haut historique en août 2015 -avant que ne soit connu son intérêt pour Worldpay-, a perdu plus de 20% en un mois. Elle a repris 7,3% vendredi 18 septembre 2015, après que l'entreprise anglaise a fait savoir qu'elle optait pour une introduction en Bourse.

"Ingenico Group poursuit la mise en oeuvre de sa stratégie de développement visant à renforcer son leadership dans le domaine des solutions de paiement intégrées et sécurisées sur tous les canaux", a précisé le groupe français, indiquant qu'il comptait poursuivre sa politique de croissance externe.

BFM Business avec AFP