BFM Business

Ils gagnent jusqu'à 1.500 euros par mois en draguant pour vous

Pris par des rendez-vous incessants, des cadres ou des chefs d'entreprise n'ont pas toujours le temps de trouver l'âme sœur sur le net. Une solution: recourir à un champion de la séduction, qui va se charger de leur dénicher des rendez-vous.

La séduction n'a plus de secret pour vous? Vous enchaînez les conquêtes et les rendez-vous sur Meetic ou Attractive World? Sachez qu'aujourd'hui vous pouvez vivre de ce talent qui fait de vous le Casanova du web.

La société NetDatingAssistant.com a ainsi recours à des "assistants", de véritables Cyrano, qui se chargent de charmer sur les sites de rencontres, et dénicher ainsi des rendez-vous aux célibataires. Le cœur de leur clientèle? "On travaille quasi-exclusivement avec des cadres, des dirigeants d'entreprise ou des indépendants", répond Vincent Fabre, le co-fondateur du site.

"Agence matrimoniale 2.0"

Dans le cas des chefs d'entreprise, "ce sont des personnes qui ont déjà l'habitude de déléguer, en utilisant des assistants ou en ayant recours aux services à la personne pour optimiser leur temps", poursuit-il. Quant aux indépendants, "pour eux le temps c'est de l'argent", ajoute-t-il.

"On s'adresse aux personnes qui n'ont pas de temps, car leurs journées sont ponctuées par des congrès, ou encore des meetings de direction. On leur amène le rendez-vous sur un plateau. Nous sommes vraiment l'agence matrimoniale 2.0", confirme Florence Boudon.

Cette Bordelaise de 52 ans est une "dragueuse professionnelle", c'est-à-dire l'une des "assistantes" qu'emploie NetDatingAssistant. Pour elle, cette activité est un complément de revenus en plus de son métier de coach dans le développement personnel spécialisé dans la rencontre. Comme l'ultra- majorité des "assistants".

400 à 1.500 euros par mois

Selon la séductrice, il est possible de gagner 400 euros nets par mois en devenant un Cupidon 2.0, au prix de quelques heures de travail. "Tout dépend du nombre d'heures qu'on y passe. Cela peut aller jusqu'à 1.500 euros mais on est alors proche du temps plein", ajoute-t-elle.

Dans son cas personnel, un mois "normal" représente 2.500 euros nets de revenus en combinant la totalité de ses activités. Et dans ce métier comme dans beaucoup d'autres, "les 35 heures n'existent pas", rappelle-t-elle. "On doit être présent sur les sites de rencontres à 22 heures, on doit répondre à des messages. A un moment donné j'avais 15 clients en même temps. Mon téléphone n'arrêtait pas de sonner", confie-t-elle.

Cette indépendante affiliée au RSI travaille une cinquantaine d'heures par semaine mais reconnaît avoir "la liberté d'organiser [son] temps".

"Il faut être à la hauteur des attentes des clients"

C'est que ce métier n'est pas de tout repos. Les clients "ont des revenus conséquents et des niveaux d'exigence élevés", indique Florence Boudon. Les "packs" vendus aux célibataires supposent en effet un certain investissement. Comptez 145 euros au moins pour l'entrée de gamme, le pack "Start", avec l'assurance d'avoir entre un et quatre rendez-vous par mois. Cela va jusqu'à 480 euros pour le prix le plus élevé, un pack premium avec trente heures d'assistance par mois et 3 à 10 rendez-vous assurés.

Evidemment, le client en veut pour son argent. "Il faut être à la hauteur de leurs attentes et assurer les rendez-vous. C'est la difficulté: la barre est assez haute", reconnaît Florence Boudon. Le client fait part de ses objectifs lors d'un rendez-vous téléphonique avec son assistant. Ce dernier va alors cerner son profil, "connaître son histoire, savoir ce qu'il veut de nous de manière à lui proposer ce qui correspond à ses attentes", poursuit Florence Boudon.

Cette dernière, du haut de ses huit ans d'expérience de coach, et deux pour NetDatingAssistant, assure n'avoir jamais connu l'échec. "Nous avons certes une obligation de résultat, mais aussi un savoir-faire et des milliers d'heures de chat". L'idée est aussi d'arriver à des rencontres sérieuses. "Pour le reste ils n'ont pas besoin de nous", dixit Florence.

(Presque) pas de triche

Florence va ainsi mettre en valeur le profil de son client sur les sites de rencontre. Ses outils? Des annonces "un peu décalées, humoristiques" mais surtout le choix de la photo ("le visuel c'est 90% du succès d'un profil"). Peu importe que vous soyez ou non une Vénus ou un Apollon, elle trouve des astuces. "Il y a de multiples façons de mettre en valeur une personne, avec une ambiance particulière, le choix d'une chemise plutôt qu'un t-shirt. Je fais beaucoup de plans rapprochés de manière à travailler les regards, à donner une certaine douceur ou, à l'inverse, contracter un visage qui a trop de douceur", développe-t-elle.

Un principe: changer souvent. "On ne laisse jamais une photo principale très longtemps", assure-t-elle. Même si évidemment le profil ne fait pas tout. Florence Boudon rappelle ainsi que pour un homme "il faut parfois 100 mails pour avoir un rendez-vous avec une femme". La gent féminine est très demandée, et "évidemment elles choisissent les plus grands et ceux qui ont des tablettes de chocolat, même si ça change après 40 ans", constate Florence.

Le client a toujours l'assurance que les informations échangées sur les sites à son sujet lui correspondent. Florence ne ment donc pas. Enfin à une petite exception près: lorsqu'un homme est trop petit "je vais lui rajouter 2-3 cm". Cela ne casse en rien son charme lors de la rencontre. "Les femmes ne viennent pas avec un double décimètre. L'idée est de passer les critères de sélection sur les sites. J'ai eu des profils d'hommes adorables mais qui pouvaient passer à 3cm du bonheur. C'est injuste", assure-t-elle, en ajoutant que ces cas de figure restent rares.

Peu importe l'âge ou le genre

Les armes de Florence sont les sites traditionnels comme Meetic ou AttractiveWorld, qui sont les plus gros pourvoyeurs de profils. "Je n'utilise pas Tinder mais c'est en cours de développement, surtout chez les jeunes générations", précise-t-elle.

Fait intéressant: les "assistants" de NetDatingAssitant draguent aussi bien des hommes que des femmes. "C'est finalement un être humain qui va vers un autre être humain. J'ai eu un client gay et je n'ai eu aucun mal à lui trouver l'âme sœur", affirme Florence. Et peu importe l'âge. "J'ai eu un client de 24 ans à Nice qui ne savait pas vraiment se débrouiller avec les filles. Je lui ai décroché 4 rendez-vous en 15 jours avec des gamines de 20 ans", se vante la quinquagénaire. A l'inverse elle a récemment mis en couple un homme de 63 ans dans le Limousin, au bout de quatre mois. "Ca n'a pas été facile", reconnaît-elle.

Et quant à ceux qui douteraient encore de ses capacités, on précisera à toutes fins utiles que Florence a elle-même rencontré son compagnon sur Attractive World.