BFM Business

IBM se soigne en investissant dans l'imagerie médicale

-

- - HO / IBM / AFP

Le géant américain, dont les activités historiques déclinent, se diversifie dans le secteur de la santé.  Pour 1 milliard de dollars, il s'offre un spécialiste de l'imagerie médicale.

IBM renforce sa diversification dans le secteur de la santé. Le geant américain prévoit d'enrichir la capacité d'analyse, dans le domaine médical, de son système d'intelligence artificielle Watson, grâce à l'acquisition du spécialiste de l'imagerie médicale, Merge Healthcare, pour 1 milliard de dollars.

Cette société fournit notamment aux 7.500 centres de santé ainsi qu'à de grands centres de recherche cliniques et groupes pharmaceutiques dans le monde, des services de cloud permettant d’accéder aux clichés médicaux.

En bénéficiant de la base d'imagerie de Merge Healthcare, Watson pourra, assure-t-on chez IBM, comparer les clichés à usage médical avec ceux réalisées auparavant sur le même patient ou sur des personnes similaires afin de détecter des changements ou des anomalies.

IBM a multiplié les rachats dans le secteur de la santé

La santé est l'un des créneaux sur lesquels IBM investit le plus ces derniers temps. Il a déjà annoncé deux autres plus petites acquisitions dans ce domaine, cette année, les sociétés Phytel (logiciels et services en ligne à destination du personnel médical, notamment pour le suivi des hospitalisations) et Explorys (analyse de données cliniques).

"La santé sera l'un des plus gros créneaux de croissance d'IBM dans les dix prochaines années, c'est pourquoi nous faisons un investissement majeur pour entraîner la croissance du secteur et faciliter une meilleure qualité des soins", souligne John Kelly, vice-président chargé de la recherche chez IBM. 

Le rachat de Merge Heatlcare est la troisième plus grosse acquisition d'IBM en valeur après le rachat en 2013 pour 2 milliards de dollars du spécialiste de services cloud pour les entreprises, Softlayer et de Kenexa Corp, un éditeur de logiciels gestion de ressources humaines et de recrutement, en 2012 pour 1,3 milliard de dollars.

Ces acquisitions en série visent à fournir des relais de croissance à IBM dont les activités traditionnelles dans les matériels (ordinateurs centraux, systèmes de stockage) déclinent de trimestre en trimestre.

Frédéric Bergé