BFM Business

HP indemnise des actionnaires pour sa mauvaise affaire anglaise

Le groupe américain avait accusé sa nouvelle filiale, acquise en 2011, d'avoir gonflé sciemment ses comptes avant son rachat.

Le groupe américain avait accusé sa nouvelle filiale, acquise en 2011, d'avoir gonflé sciemment ses comptes avant son rachat. - Justin Sullivan-Getty Images North America-AFP

Le constructeur informatique avait payé (trop) cher une société britannique de logiciels en 2011. Il débourse 100 millions de dollars pour indemniser les actionnaires mécontents.

Pour éviter un mauvais procès, mieux vaut savoir ouvrir son porte-monnaie. C'est sans doute la leçon qu'a tiré Hewlett-Packard du rachat d'une société britannique, en 2011.

Son assurance va payer 100 millions de dollars à un fonds destiné à indemniser les investisseurs mécontents de son rachat au prix fort de l'éditeur de logiciels britannique Autonomy en 2011.

"Hewlett-Packard confirme avoir conclu un accord avec PGGM Vermogensbeheer, le principal plaignant dans le recours collectif déposé après la charge passée par HP à la suite de l'acquisition d'Autonomy." Cet accord doit encore être validé par la justice américaine.

HP estime que cette action en justice n'a pas de fondement, mais que solder cette affaire une fois pour toute est "souhaitable et bénéfique" aussi bien pour le groupe que pour les actionnaires.

L'indemnisation concernera les personnes ayant acheté des actions HP entre le 19 août 2011, date du rachat, et le 20 novembre 2012, date de la révélation des mauvais comptes de sa nouvelle filiale anglaise, acquise un an plus tôt.

La direction anglaise d'Autonomy avait "gonflé" les comptes

Ce rachat avait eu lieu en 2011, à la suite d'une offre publique d'achat à 10,24 milliards de dollars sur la société britannique Autonomy. 

Mais, un an plus tard, ce fut la cruelle déconvenue. Lors de la publication de ses résultats annuels en novembre 2012, le groupe américain avait accusé sa nouvelle filiale d'avoir gonflé sciemment ses comptes avant l'opération, pour la vendre au prix fort.

Les dirigeants britanniques d'Autonomy auraient inscrit pas moins de 700 millions de dollars de chiffre d'affaires indus dans les comptes de leur entreprise.

HP justifiait ainsi l'essentiel d'une charge exceptionnelle de 8,8 milliards de dollars passée dans ses comptes pour couvrir des pertes de valeurs d'actifs comptabilisées dans ses activités de logiciels.

HP a porté plainte contre des dirigeants de la société anglaise

Des groupes d'actionnaires de HP avaient alors intenté plusieurs actions judiciaires au nom de l'entreprise contre ses dirigeants et certains membres du conseil d'administration. Il leur reprochaient d'avoir dilapidé les actifs de l'entreprise en achetant trop cher Autonomy.

La direction de HP a été blanchie de ses accusations à l'issue d'une enquête indépendante ouverte à l'initiative des actionnaires mécontents. HP a, de son côté, déposé fin mars 2015 une plainte devant un tribunal de Londres réclamant plus de 5 milliards de dollars à deux anciens dirigeants de la société Autonomy.

Frédéric Bergé avec AFP