BFM Business

Granola tente la pub sur Instagram

L'application de partage de photos a ouvert, depuis mars 2015, sa plateforme française à la publicité.

L'application de partage de photos a ouvert, depuis mars 2015, sa plateforme française à la publicité. - GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP Spencer Platt

Le groupe Mondelez a choisi le réseau social pour promouvoir son nouveau biscuit. Cette campagne publicitaire est la première du genre sur Instagram France pour une marque alimentaire.

Mondelez teste un nouveau canal numérique pour promouvoir le dernier-né des biscuits Granola. La multinationale de l'agro-alimentaire s'essaie à Instagram en France, qui s'est ouvert aux annonceurs publicitaires depuis quelques semaines.

Pour promouvoir son nouveau cookie sur le réseau social de partage de photos aux 300 millions d'utilisateurs mondiaux, (racheté par Facebook en 2012), la marque a travaillé avec les agences de publicité Marcel, pour la création, et Carat, pour l'achat d'espace. Cette campagne publicitaire numérique a débuté ce lundi 4 mai 2015, pour une durée d’un mois sur le compte Instagram de la marque.

L’objectif affiché par Mondelez est d’asseoir la notoriété du produit et renforcer la présence à l’esprit de la marque. En l'occurrence, le réseau social permet de privilégier l'univers visuel, Granola ayant en l'occurrence axé sa campagne numérique sur quatre visuels "décalés", mettant les biscuits en scène dans un univers de cocooning...

De grandes marques françaises sont déjà sur Instagram 

Par rapport à Facebook, et en dépit d'une audience bien inférieure, Instagram séduit les marques par une audience supposée jeune dont le taux d'engagement est assez fort.

Si Mondelez est la première marque alimentaire à tenter Instagram comme canal publicitaire, Lacoste, Air France, Guerlain, Yves Saint Laurent Beauté, Coca-Cola et Orange sont déjà annonceurs. Leurs agences de publicité respectives (Publicis, WPP, Havas Media) y voient une opportunité de montrer leur savoir-faire dans les nouveaux "médias" numériques.

Ces marques françaises possédaient déjà un compte sur Instagram, avec des dizaines ou des centaines de milliers d'abonnés, où elles publiaient gratuitement des photos de coulisses ou sur leur univers. Mais seuls les utilisateurs qui étaient abonnés y avaient accès.

Désormais, ces marques paient pour pouvoir atteindre un certain nombre d'utilisateurs en France (en fonction de leur sexe et de leur âge) qui verront apparaître des images de ces comptes mêmes s'ils ne sont pas abonnés.

Frédéric Bergé