BFM Business

Google dans le viseur du fisc italien

En Italie,Google pourrait être contraint de payer 227,5 millions d'euros d'arriérés d'impôts. (image d'illustration)

En Italie,Google pourrait être contraint de payer 227,5 millions d'euros d'arriérés d'impôts. (image d'illustration) - MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Accusant le moteur de recherche d'avoir violé leur législation fiscale, les autorités italiennes lui réclament désormais plusieurs centaines de millions d'euros d'arriérés.

Google va-t-il, une nouvelle fois, être contraint par une administration fiscale européenne de passer à la caisse? Moins d'une semaine après avoir accepté de régulariser sa situation fiscale au Royaume-Uni, en déboursant près de 130 millions de livres (170 millions d'euros), le géant est sur le point d'être inquiété en Italie, le fisc local réclament désormais son dû. 

Les services fiscaux transalpins estiment en effet que, sur la période allant de 2008 à 2013, la filiale du groupe Alphabet ne se serait pas acquittée de quelque 227,5 millions d'euros d'impôts. 

Plainte en Italie...

Dans le détail, cette dette envers le fisc est constituée de 200 millions d'euros d'impôts sur les royalties non payés, ainsi que de l'impôt sur le revenu des sociétés (sur un montant de 100 millions d'euros) taxé à hauteur de 27,5%.

D'après des médias transalpins, la société serait actuellement visée par une enquête pour fraude fiscale, ouverte par le procureur de Milan. Réagissant à ces commentaires, une porte-parole de la société a affirmé: "Google respecte les lois en matière fiscale dans chaque pays où il opère", ajoutant qu'en Italie, l'entreprise "travaillait avec les autorités compétentes" pour éclaircir la situation. 

... redressement fiscal en France

"Que Google règle ces questions en Grande-Bretagne est une bonne chose. Qu'il les règle en France, c'est aussi une nécessité". C'est en ces termes que Michel Sapin a commenté mercredi 27 janvier l'accord trouvé entre Londres et Google, avant d'ajouter: "Ce sera encore mieux quand il y aura un accord en France et que Google paiera […] ce qui est nécessaire d'être payé" dans l'Hexagone, où la société "fait un gros chiffre d'affaires". 

Le ministre des Finances et des Comptes publics en a profité pour rappeler qu'en 2013 le fisc français avait décidé d'infliger à la firme de Mountain View un redressement fiscal qui pourrait s'élever à plus de 500 millions d'euros. 

A.M. avec AFP