BFM Business

Fréquences 4G: Free, Bouygues, SFR et Orange sont sur les rangs

Les quatre opérateurs mobiles participeront à un processus d'enchères qui interviendra à la mi-novembre 2015.

Les quatre opérateurs mobiles participeront à un processus d'enchères qui interviendra à la mi-novembre 2015. - Stephen Mitchell-Flickr-CC

Les quatre opérateurs participeront aux enchères pour les fréquences 700 MHz, décisives pour améliorer leur offre de réseau. L'Etat en attend au moins 2,5 milliards d'euros.

Sans surprise, les quatre opérateurs sont dans les starting-blocks en vue d'obtenir de nouvelles fréquences 700 MHz pour leur réseau mobile 4G.

L’Arcep va désormais étudier les dossiers de candidatures qu'ils ont déposé ce jour, mardi 29 septembre, afin de s’assurer que ceux-ci respectent les critères de recevabilité et de qualification de la procédure.

A l’issue de cette instruction, d’ici un mois environ, qui devraient qualifier les quatre opérateurs, les enchères se dérouleront au mois de novembre afin que les autorisations puissent être délivrées d’ici la fin de l’année 2015.

Ces enchères portent sur des fréquences jusqu'ici utilisées par la télévision. Elles sont considérées comme des "fréquences en or" du fait de leurs propriétés, qui offrent une portée plus importante aux antennes relais, ce qui permet de couvrir le territoire avec moins de pylônes.

Ces fréquences seront exploitables de manière progressive au plus tôt à partir d'avril 2016 jusqu'en juin 2019 pour tout le territoire. 

Au moins 416 millions d'euros par bloc de fréquences

Pour maximiser les recettes de l'Etat, il est prévu un système d'enchères à plusieurs tours, avec un prix de réserve de 416 millions d'euros d'un bloc minimal de fréquences, au nombre de six, soit 2,5 milliards d'euros pour les caisses de l'Etat, qui a besoin de cet argent pour financer une partie de la loi de programmation militaire.

L'opérateur le plus intéressé pour étoffer son patrimoine de fréquences est Free. Arrivé le dernier sur le marché, il est bien moins doté que ses trois rivaux (SFR, Orange et Bouygues Telecom) et dispose d'une couverture réseau nationale inférieure en 3G et 4G.

Free pourra faire une offre sur trois des six blocs de fréquences 700MHz mis aux enchères, à condition d'y mettre le prix, ses trois rivaux ne pouvant en obtenir au mieux que deux au maximum.

En 2016, l'opérateur fondé par Xavier Niel disposera en plus de fréquences mobiles supplémentaires dans la bande de fréquences 1.800 MHz, que lui restitueront les trois autres opérateurs. 

Frédéric Bergé