BFM Business

Fleur Pellerin contre une fusion entre opérateurs mobiles

Fleur Pellerin estime qu'une concentration des acteurs du marché du mobile serait un constat d'échec.

Fleur Pellerin estime qu'une concentration des acteurs du marché du mobile serait un constat d'échec. - -

La ministre déléguée au numérique dresse un bilan positif de l'arrivée de Free dans le secteur du mobile, notamment surle pouvoir d'achat des Français.

"Il y a de la place pour quatre opérateurs mobiles sur le marché. Le gouvernement souhaite que le marché trouve son équilibre à quatre acteurs. Une concentration, qui impliquerait la disparition d'un opérateur, serait un constat d'échec, avec de lourdes conséquences sur l'emploi", déclare Fleur Pellerin lundi 14 janvier dans une interview aux Echos.

La ministre déléguée au numérique dresse un bilan positif de l'arrivée de Free: "on ne peut pas nier que l'impact de Free Mobile a été positif pour le pouvoir d'achat des Français... Les conséquences sur l'emploi ne sont donc pas uniquement imputables à l'arrivée de Free. Le nouvel opérateur mobile a eu parfois bon dos."

Une entrée du FSI au sein de Alcatel envisagée

Toutefois, elle déplore que Free "a pris du retard dans ses déploiements. Alors que le nouvel entrant avait affiché un objectif d'installation de 2 500 antennes fin 2012, il n'en avait déployé que 1 779, selon les calculs effectués par l'Agence nationale des fréquences".

Par ailleurs, la ministre n'exclut pas que le Fonds stratégique d'investissement (FSI) rentre au capital de Alcatel Submarine Networks (ASN): "ASN correspond bien aux types d'actifs dans lequel le FSI peut être amené à prendre une participation minoritaire à côté d'autres investisseurs... Nous sommes favorables à une solution qui maintienne l'intégrité d'ASN et son ancrage national. De toute façon, d'éventuelles prises de participation seraient soumises à une revue du Trésor au titre du décret sur l'investissement étranger en France."

Jamal Henni