BFM Business

Fleur Pellerin : la méthode Free n’est "pas acceptable"

Fleur Pellerin critique la méthode employée par Free et la considère incompatible avec un internet libre et ouvert

Fleur Pellerin critique la méthode employée par Free et la considère incompatible avec un internet libre et ouvert - -

La ministre de l'Economie numérique a demandé ce lundi à l’opérateur de mettre fin au blocage de la publicité sur internet, ce qu’il avait déjà commencé à faire de son côté.

Tollé total pour Free. L’opérateur qui avait décidé, sans aucune annonce préalable, de bloquer la pub sur internet via sa Freebox Revolution, a visiblement bien fait de se rétracter ce 7 janvier. La ministre de l’Economie numérique a qualifié sa manière de faire de "pas acceptable".

Free avait mis en place vendredi un dispositif, installé par défaut sur sa box, qui empêchait la publicité sur internet d’être visible. Une initiative très critiquée par les éditeurs de site qui vivent de la réclame et ceux qui estimait que l’opérateur outrepassait son rôle en jouant les censeurs.

Des conséquences graves pour l'économie numérique

Le groupe de Xavier Niel s’est engagé à mettre fin au blocage. L'opérateur s’est montré "à l'écoute, responsable", a souligné Fleur Pellerin.

Elle recevait lundi matin les représentants de la presse en ligne, des éditeurs, des représentants de régies publicitaires et d'annonceurs, avant de rencontrer le directeur général de la maison-mère de Free, Maxime Lombardini.

La ministre a ainsi estimé que "le modèle de financement par la publicité est un modèle important pour un certain nombre de sites", et que son filtrage aurait des "conséquences graves" pour l’économie du secteur numérique. Elle a également affirmé que cette méthode n’était "pas compatible avec ma vision d'un internet libre et ouvert où l'internaute reste maître".

Nina Godart et avec agences