BFM Business

Femmes dans le numérique: un secteur pénalisé par l'image du "geek"

Les femmes ont encore du mal à s'imposer dans  le secteur numérique (illustration).

Les femmes ont encore du mal à s'imposer dans le secteur numérique (illustration). - Nicolas Tucat - AFP

Les femmes n'investissent pas encore le milieu du numérique autant qu'elles le pourraient. La mauvaise image du secteur, affaiblie par le stéréotype du "geek", et l'absence de modèle à qui se référer constituent encore des freins. Pourtant, ce milieu en mutation perpétuelle peut permettre de réussir de belles carrières, comme l'indique notamment Marine Deffrennes, auteur de Elles ont réussi dans le numérique.

Les femmes ne veulent pas devenir des "geeks à capuche" et leur présence dans le secteur pourtant florissant du numérique s'en ressent. Ainsi, par exemple, seuls 19,2% des travailleurs européens dans le secteur des TIC (Technologies de l'information et de la communication) ont pour chef une femme, contre 45,2% des travailleurs dans les autres secteurs, selon une étude de la Commission européenne. Mais pourquoi donc les femmes n'arrivent-elles pas à investir davantage le secteur du numérique?

Les femmes délaissent les études informatiques

Première explication, les hommes restent encore largement majoritaires, si bien que certaines hésitent à rejoindre ce milieu. Une tendance qui se traduit notamment dans le choix des études des jeunes femmes, et qui tend à s'amplifier. Sur 1.000 femmes titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur en Europe, 29 en possèdent un dans le domaine des TIC, contre 95 pour les hommes.

En France, dans l'enseignement supérieur, la proportion de femmes qui s'orientent vers l'informatique diminue même d'année en année, passant de 11% à 9% entre 2008 et 2012, selon l'étude MutationnElles 2014. "Il y a encore l'image du geek à capuche", reconnaît Marine Deffrennes, auteur de Elles ont réussi dans le numérique (éditions Kawa) et ancienne directrice de la rédaction de Terrafemina.

"Faire carrière avec des humains"

"Ce stéréotype est encore ancré, ce qui pousse moins les filles à se porter vers des études scientifiques", continue-t-elle. Une réalité également constatée par Roxanne Varza, en charge de l'accompagnement des start-up chez Microsoft et co-fondatrice de Girls in Tech Paris, une structure dont le but est de "mettre en valeur les femmes et les parcours dans la technologie". A Microsoft, recevant des jeunes filles de 13-14 ans, elle avait demandé: "Qui est intéressée par une carrière dans le secteur technologique?". Aucune main ne s'était levée: "Elles m'ont dit qu'elles préféraient faire carrière avec des humains, comme si les femmes travaillant dans ce secteur étaient des asociales."

Cela est d'autant plus dommage que ce milieu est en mouvement perpétuel, notamment grâce à l'expansion des applications mobiles et au développement des imprimantes 3D. 450.000 emplois devraient être créés dans le secteur numérique d'ici à 2015, selon l'étude MutationnElles 2014. Autre avantage: ce n'est pas un secteur "macho", assure Marine Deffrennes. Les femmes travaillant dans les TIC gagnent par exemple 9% de plus que les femmes occupant des postes comparables dans les autres secteurs de services, assure la Commission européenne. 

"Donner envie"

Comment alors pallier à ce manque d'attractivité? "En donnant envie", assure Marine Deffrennes. Son livre Elles ont réussi dans le numérique se donne pour but de montrer que Xavier Niel (Free) et autres Marc Simoncini (Meetic) ne sont pas les seuls à réussir dans le numérique.

Son ouvrage regroupe des portraits de femmes entrepreneurs, comme Maëlle Gavet "la PDG qui posait des questions", qui dirige Ozon.ru, l'Amazon russe. "Elle a réussi alors qu'elle n'avait auparavant aucune connaissance dans le milieu du e-commerce." Roxanne Varza, quant à elle, met en avant l'exemple de Marissa Mayer, la PDG de Yahoo, qui a fait la une du magazine Vogue...

Se former un réseau

L'apprentissage du code informatique dès le plus jeune âge aiderait également certaines femmes à se lancer estiment Roxane Varza et Marine Deffrennes. "Il faut aussi multiplier les contacts entre les entreprises, les incubateurs d'entreprises et les écoles, collèges", ajoute cette dernière. "Pourquoi ne pas organiser des visites dans des pépinières d'entreprises? Il faut que le souffle de l'entrepreneuriat parvienne jusqu'aux jeunes filles", continue Marine Deffrennes.

Rendre attractif le numérique, c'est aussi démonter les stéréotypes. Contrairement aux apparences, pour réussir dans un tel secteur, il faut énormément sortir: "Il faut se former un réseau qualifié." Roxanne Varza ne dit pas autre chose: "Il faut savoir aider les autres, afin de créer une réaction en chaîne."

Une plus grande place des femmes dans le secteur numérique leur profiterait, mais bénéficierait aussi à l'économie toute entière. Selon l'enquête de la Commission européenne, si les femmes occupaient autant d'emplois que les hommes dans le secteur numérique, il s'ensuivrait un gain de 9 milliards d'euros par an pour le PIB européen.

Maxence Kagni