BFM Business

Facebook: le transfert d'argent sur Messenger arrive en France

Deux ans après les États-Unis, la fonction de transfert d 'ardent intégrée à Messenger arrive en France.

Deux ans après les États-Unis, la fonction de transfert d 'ardent intégrée à Messenger arrive en France. - Josh Edelson-AFP

Lancé aux États-Unis depuis 2015, le transfert d'argent entre particuliers via la messagerie de Facebook arrive en France. Gratuit pour l'utilisateur, ce service prépare le terrain à l'évolution vers l'achat en ligne par ce moyen.

Dans l'Hexagone, on peut désormais s'échanger de l'argent entre amis sur Messenger. Ce service lancé par Facebook aux États-Unis en 2015, débarque en France, élargissant de fait le champ d'application et l'intérêt de cette messagerie. Deux ans ont été nécessaires pour négocier la mise en place ce service de concert avec les banques de l'Hexagone et le groupement Carte Bancaire.

Pour bénéficier du paiement intégré à la messagerie, l'utilisateur, qu'il veuille envoyer ou recevoir de l'argent, doit entrer ses coordonnées, définir un code secret et, toujours depuis Messenger, saisir le numéro de sa carte bancaire une fois pour toute.

Les possesseurs d'iPhone récents pourront aussi utiliser leur empreinte digitale ou la reconnaissance faciale pour valider le paiement au bénéfice de leur correspondant, opération qui s'effectuera a priori en 24 ou 48 heures.

Un service plafonné à 500 euros par transaction

Réservé au transfert d'argent entre personnes, ce service va notamment permettre de constituer facilement des cagnottes pour faire un cadeau d'anniversaire ou de mariage.

Le service est gratuit pour celui qui transfère ou reçoit de l'argent. "C'est Messenger, en accord avec chaque établissement, qui verse une commission fixe à chaque transaction, quel que soit son montant" explique Davis Marcus vice-président en charge de Messenger, au quotidien Le Parisien. Les versements sont plafonnés à 1.500 euros sur trente jours d'affilée et à 500 euros par virement.

Limité au paiement entre particuliers, ce service pourrait servir à l'avenir au règlement d'achats de produits ou services. Une évolution d'autant plus logique que, souligne Facebook, sa plate-forme de messagerie de est déjà utilisée par des nombreuses entreprises françaises (Axa, Air France, SNCF...) pour échanger des messages avec leur clients. Il restera à convaincre ces dernières à accepter ce moyen de paiement.

Frédéric Bergé