BFM Business

Face à une concurrence féroce, Samsung en souffrance

Samsung mise sur son S6.

Samsung mise sur son S6. - Neilson Barnard - AFP

Le bénéfice net du géant sud-coréen a fortement chuté au premier trimestre. Et il est inférieur aux attentes. Il espère se ressaisir au second trimestre grâce aux ventes de ses smartphones haut de gamme.

L'année 2015 commence mal pour Samsung Electronics. Le géant sud-coréen a annoncé, ce mercredi 29 avril, un bénéfice net en chute. Il ressort à 4.600 milliards de wons (3,93 milliards d'euros) entre janvier et mars, en baisse de 38,9% sur un an. Samsung connaît ainsi son quatrième trimestre consécutif de chute de son bénéfice net. Il fait moins bien que la moyenne des estimations de 23 analystes compilée par l'agence financière Bloomberg News, qui tablait sur 4.900 milliards de wons.

Le résultat opérationnel est ressorti à 6.000 milliards de wons, en baisse de 29,6%, cependant largement conforme à ce qu'avait prévu le géant sud-coréen et le cours de l'action a clôturé en hausse de 1,39 % à la Bourse de Séoul, à 1.385.000 wons.

Apple à la première place?

Ces résultats contrastent singulièrement avec ceux d'Apple, qui a affiché une hausse de 33% de son bénéfice net à 13,6 milliards de dollars, grâce aux iPhones 6 qui se vendent comme des petits pains, en particulier sur le marché chinois. Plusieurs cabinets d'analyse ont placé les deux géants au coude-à-coude pour les ventes de téléphones intelligents au quatrième trimestre 2014. Et le cabinet Gartner a même suggéré qu'Apple avait repris la première marche du podium.

Toutefois, Samsung pourrait commencer à sortir du bois comme en témoigne un résultat opérationnel en hausse de 13,1% comparé au dernier trimestre 2014. Le sud-coréen a annoncé qu'il escomptait une hausse globale de son chiffre d'affaires au second trimestre lorsque les ventes de ses smartphones haut de gamme seront "en plein essor".

Au premier trimestre, Samsung a exporté 99 millions de téléphones portables, dont 80% de smartphones, a expliqué Robert Yi, chargé des relations avec les investisseurs. Le géant de l'électronique place tous ses espoirs dans la dernière mouture de sa gamme phare, le Galaxy S6, et dans son modèle à écran incurvé, le S6 Edge, lancé en avril, salué par des critiques dithyrambiques et grâce auxquels il espère défendre son rang face à Apple.

Entre Apple et les chinois

Samsung a pris des coups considérables en 2014 dans un contexte de ralentissement de la demande et de marché sursaturé, qu'il avait largement dominé depuis 2011 mais où de plus en plus de compétiteurs ont fait leur entrée.

Le sud-coréen est pris en tenailles entre Apple, s'agissant du haut du panier, et les chinois comme Xiaomi, en grande forme pour ce qui est du moyen et de l'entrée de gamme. Les modèles des chinois sont toujours plus perfectionnés tout en étant moins chers.

Park Jin-Young, vice-président de la communication de la division mobile, a dit que les ventes des nouveaux modèles étaient au beau fixe, contredisant des informations de presse laissant entendre le contraire. "Je pense que le S6 obtiendra la meilleure performance de la gamme Galaxy", a-t-il dit, assurant que le groupe avait du mal à faire face à une demande plus forte que prévue pour le Edge.

"En 2015, nous nous attendons à la poursuite de la croissance, portée par celle de marchés émergents pour les smartphones tels que la Chine et l'Inde, de même que par l'expansion globale de l'activité des opérateurs LTE (4G)", a dit Samsung dans un communiqué. "Mais", a-t-il prévenu, "la concurrence accrue dans le bas et le moyen gamme pourrait représenter un défi".

Samsung veut agrandir ses installations

Les résultats opérationnels de la division des téléphones mobiles sont ressortis en baisse de plus de 57% sur un an, à 2.740 milliards de wons mais en hausse de 40% par rapport au trimestre précédent. En revanche, le résultat opérationnel de la division fortement rentable des puces mémoire a grimpé de plus de 50% sur un an, à 2.930 milliards de wons, en hausse de 8,5% par rapport au dernier trimestre 2014.

Samsung a annoncé qu'il avait investi 7.200 milliards de wons pour construire ou agrandir ses installations pendant la période sous revue, dont 4.400 milliards dans ses usines de semi-conducteurs. Samsung, qui fabrique une grande variété de produits électroniques, allant des puces mémoire à l'électroménager, a également imputé aux effets de change un impact négatif de 800 milliards de wons sur le chiffre d'affaires de la période sous revue.

D. L. avec AFP