BFM Business

EXCLU BFM Business- Crowdfunding: vers un assouplissement des règles

Fleur Pellerin veut apaiser les tensions autour du crowdfunding.

Fleur Pellerin veut apaiser les tensions autour du crowdfunding. - -

Fleur Pellerin va présenter, vendredi 14 février, le nouveau cadre réglementaire qui régule le financement participatif. BFM Business vous dévoile, en exclusivité, ce texte.

Peut-être un vent d'espoir pour les jeunes entrepreneurs. C'est vendredi 14 février que Fleur Pellerin doit présenter le nouveau cadre réglementaire qui régule le financement participatif, le fameux "crowdfunding". Dans un premier temps critiqué par les acteurs du secteur, il est désormais largement plébiscité. Et pour cause: le texte a bien évolué. BFM Business vous révèle, ce jeudi 13 février, le nouveau cadre réglementaire.

Il a suffi d'un chiffre pour apaiser toutes les tensions. Les startups pourront lever jusqu'à un million d'euros sur les plateformes de financement participatif, contre 300.000 dans la première version du texte, soit sous forme de prêt, soit en associant l'internaute au capital de l'entreprise.

C'est en tout cas un seuil critique si l'on veut combler ce qu'un professionnel appelle la "vallée de la mort du financement". Pour les petites sommes, les entrepreneurs peuvent faire appel à la famille ou au réseau, au-dessus du million il y a les fonds d'investissement, entre les deux, le désert.

Texte plus simple

Deuxième point positif, le nouveau texte est beaucoup plus simple. Dans la première mouture, les startups qui voulaient attirer des investisseurs ne pouvaient donner aucune visibilité à leur projet.

Sur les sites de crowdfunding, les internautes n'avaient même pas accès au nom de l'entreprise ni au ticket d'entrée minimum à moins de remplir un long formulaire avec déclaration de revenus et de patrimoine. Difficile de faire plus dissuasif. Cette barrière va être levée, au grand soulagement des professionnels.

|||sondage|||1636

Vous pouvez lire le texte sur le site de BFMBusiness.com

publié par BFMBusiness

Anthony Morel