BFM Business

Êtes vous certain que vos données mobiles sont bien sécurisées ?

Le Turing Phone de Turing Robotic Industries est un smartphone ultra-sécurisé aussi bien d’un point de vue logiciel que matériel. Il est fabriqué en liquidmorphium, un alliage plus resistant que le titane.

Le Turing Phone de Turing Robotic Industries est un smartphone ultra-sécurisé aussi bien d’un point de vue logiciel que matériel. Il est fabriqué en liquidmorphium, un alliage plus resistant que le titane. - Turing Robotic Industries Corp

Quelques fabricants de smartphones développent des appareils censés être inviolables. Ils embarquent nativement les logiciels qui protègent les données qu’ils contiennent.

Être en mobilité sans pouvoir se connecter au système d'information de son entreprise est aujourd'hui inconcevable pour les collaborateurs nomades. Selon une étude réalisée en 2014 par le Club de la sécurité de l’information français (Clusif), l’accès à distance au système d’information, via des terminaux mobiles fournis par l’entreprise, devient d'ailleurs la norme. Problème, dans le même temps, le Clusif souligne que deux entreprises sur trois interdisent, pour des questions de sécurité, la connexion de smartphones et tablettes personnels à leurs systèmes d’information.

Bien gérer sa flotte de mobiles est donc devenue une priorité pour les entreprises. Blackberry a d'ailleurs été le premier à vendre des appareils sécurisés destinés aux entreprises. Le canadien a depuis été rejoint par une poignée d’acteurs proposant des smartphones ultra-sécurisés: SGP, Boeing, Thales ou encore Bull (racheté par Atos). Plus récemment, Turing Robotic Industries a annoncé la commercialisation, au cours de l’été 2015 et aux Etats-Unis uniquement pour l’instant, du Turing Phone, un smartphone durci et sécurisé.

Chiffrer les communications mobiles

Comme ses concurrents le Turing Phone fonctionne sous une version améliorée d’Android. Il est accessible via des mécanismes d’authentification forte, voire de la biométrie. Il chiffre localement la totalité des communications ainsi que les données stockées, contrôle les ports de communication pour stopper l’intrusion de logiciels malveillants et offre des espaces étanches pour séparer les applications professionnelles, des logiciels personnels. Cependant, malgré ces couches de sécurité, ces mobiles, qui restent ceux embarquant le plus de sécurité, ne sont pas à l’abri de piratages.

Aujourd'hui ces terminaux séduisent un marché de niche composé d’organisations publiques et privées dans les secteurs sensibles de la sécurité, de la défense ou encore de l’aérospatial. Si le prix des premiers mobiles du genre pouvaient être un frein (toujours compter 2000 euros pour Hoox m2 de Bull), le récent Turing Phone ou le Blackphone sont quant à eux vendus entre 650 et 900 euros. La baisse des prix, les révélations d’espionnage politique, industriel et de cyberattaques jouent en faveur de l’expansion de ce jeune marché.

Eddye Dibar