BFM Business

Et si l'AppleWatch faisait un flop aux Etats-Unis?

Les analystes sont confiants, mais pensent qu’il faudra du temps pour que l’AppleWatch s’impose.

Les analystes sont confiants, mais pensent qu’il faudra du temps pour que l’AppleWatch s’impose. - Josh Edelson (AFP)

Pour Apple, le sondage Reuters/Ipsos fait mal. Il dévoile que 50% des Américains n’ont jamais entendu parler de la montre connectée d’Apple. Et, parmi les autres, 70% n’en veulent pas.

Le buzz, ou la communication, d’Apple sur sa montre connectée n’a semble-t-il pas atteint ses objectifs qui étaient d’abord de faire connaître l’existence du produit au plus grand nombre, et ensuite de leur donner envie de s’en offrir une. Apparemment, le créateur de l’iPhone aurait fait chou blanc sur les deux pour l'instant.

Selon un sondage Reuters/Ipsos, publié ce week-end et réalisé aux États-Unis auprès de 1245 personnes entre le 9 et le 13 mars, les choses ne s'annoncent pas si bien que cela dans la mère patrie du géant de Cupertino.

D’abord, la moitié des personnes interrogées disent ne pas avoir entendu parler ces derniers jours de l'Apple Watch. À se demander si une coupure d’Internet les a coupés du reste du monde pendant toute une semaine.

La suite n’est pas plus optimiste, car ceux qui ont entendu parler de cette nouvelle révolution ne la suivront pas forcément. Ils sont en effet 69% à affirmer qu’ils ne comptent pas acheter la montre connectée.

Le seul signe encourageant pour Apple est qu'un Américain sur quatre est prêt à s'équiper et que les 13% de sondés qui n’ont pas d’iPhone disent qu’ils sont prêts à en acheter un avant d’acheter une montre.

En Chine, la contrefaçon anticipe le succès de l'originale

Cette réaction inattendue du public américain aide à comprendre les interrogations des analystes sur ce nouveau marché. Le cabinet Gartner, qui prévoit des ventes par millions, relève qu’il y a encore "beaucoup trop d'incertitudes autour de la performance de ce produit".

Quant à Gene Munster, le grand spécialiste d’Apple aux Etats-Unis, il est confiant dans le succès, tout en affirmant qu’il faudra du temps pour que l’AppleWatch s’impose. "Cela devait prendre une trajectoire similaire à d'autres produits d'Apple tels que l'iPad ou l'iPhone. Les consommateurs réels devraient attendre un an, un an et demi pour acheter le produit", explique-t-il dans un entretien à Bloomberg TV

Mais si aux États-Unis, l’accueil semble plutôt réservé, la Chine fait déjà un triomphe à la montre qui ne sera vendue que le 24 avril. Il n’a pas fallu longtemps à l’industrie de la contrefaçon pour illustrer l’attente des Chinois pour ce nouveau gadget connecté.

Moins de 24 heures après que Tim Cook annonce la montre, des dizaines de fausses AppleWatch ont fait leur apparition sur Internet, sauf sur Alibaba qui veut préserver sa réputation. Évidemment, ces copies n’ont rien à voir avec l’originale. Les prix démarrent à 40 euros et elles tournent sous Android. Rappelons que l’originale tourne sous iOS et que pour en avoir une, il faudra dépenser entre 249 et 18.000 euros.

Pascal Samama