BFM Business

En mal de croissance, IBM se diversifie dans le streaming vidéo

UpStream va être intégrée à une nouvelle division d'IBM, consacrée exclusivement à la vidéo en ligne.

UpStream va être intégrée à une nouvelle division d'IBM, consacrée exclusivement à la vidéo en ligne. - Ethan Miller-Getty Images North America-AFP

En pleine mutation, IBM a vu son activité globale reculer en 2015. Le groupe se diversifie tous azimuts et a racheté une société californienne de streaming vidéo.

En déclin constant depuis 15 trimestres, IBM continue d'investir dans des activités nouvelles censées constituer de futurs relais de croissance. Le géant américain de l'informatique a investi dans les services de vidéo en ligne avec l'acquisition de la société Ustream. IBM ne divulgue pas les modalités financières de ce rachat.

Ustream, basée à San Francisco, fournit des services de vidéo en streaming allant de la retransmission de discours et de présentations d'entreprises aux concerts diffusés en direct. Elle revendique environ 80 millions d'internautes qui visionnent par mois ses vidéos en ligne. Ses clients sont la Nasa, Samsung, Facebook, Nike ou The Discovery Channel.

Ustream sera intégrée à une nouvelle division d'IBM consacrée exclusivement à la vidéo en ligne, aux côtés d'une série d'autres acquisitions faites récemment par le groupe dans ce secteur comme la plateforme Clearleap, avalée début décembre.

Le chiffre d'affaires d'IBM a reculé de 11,9% en 2015

IBM entend proposer des services intégrés, leur permettant de "digérer, stocker et gérer des vidéos en ligne en direct et à la demande, de les enrichir avec de l'analytique, d'en gérer les droits et d'ajouter des langues, et de les distribuer de manière cohérente dans le monde entier".

Le groupe informatique américain a publié un chiffre d’affaires trimestriel en baisse de 8,5 % entre octobre et décembre, à 22,1 milliards de dollars (20,2 milliards d’euros). Sur l’ensemble de 2015, le recul atteint 11,9 %, à 81,7 milliards de dollars.

Le chiffre d'affaires de ce que le groupe appelle les "impératifs stratégiques", qui incluent le cloud, l'informatique mobile, l'analyse de données et les logiciels de sécurité, a augmenté d'environ 10% au quatrième trimestre et représente désormais 35% du chiffre d'affaires total. Mais ces activités peinent encore à prendre le relais des activités historiques du groupe IBM dans les grands ordinateurs, les logiciels et les systèmes de stockage de données.

F.Bergé