BFM Business

En 2023, l’Etat aura réduit sa facture IT de 30% grâce au cloud

La DSI de l'Etat, travaille actuellement à la mise en place d’un cloud hybride commun à différents services étatiques, sous la responsabilité d'Alain Merle.

La DSI de l'Etat, travaille actuellement à la mise en place d’un cloud hybride commun à différents services étatiques, sous la responsabilité d'Alain Merle. - BFM Business

La Direction interministérielle du numérique - fruit de la fusion entre la DSI de l’Etat et Etalab-, œuvre pour la création d’un cloud hybride commun à l’ensemble des ministères.

La Banque de France se met progressivement au cloud, comme l’expliquait récemment son DSI Michel Spiri sur BFM Business. Oui... Mais elle n’est pas la seule ! Au-delà, ce sont les services étatiques dans leur ensemble qui s’y intéressent.

Diminuer les coûts et les délais

La Direction interministérielle du numérique, la DINSIC, travaille actuellement à la mise en place d’un cloud hybride commun à différents services étatiques. "Cela concerne non seulement l’ensemble des ministères mais aussi une dizaine d’opérateurs et d’établissements publics dont l’université Pierre et Marie Curie et Radio France", explique le directeur du programme cloud de la DINSIC, Alain Merle, au micro de Frédéric Simottel dans l’émission 01 Business Forum l’Hebdo.

Cette direction interministérielle co-construit actuellement avec les ministères une offre de service d’hébergement avec deux objectifs en tête. le premier consiste à diminuer les coûts. Le deuxième porte sur la réduction des délais de production des applications à destination des citoyens et des entreprises. Le nombre de lieux de stockage va ainsi être considérablement réduit. "L’un des enjeux identifiés en 2013 est de passer de plus de 120 datacenters à moins d’une vingtaine afin de dégager une économie d’environ 30% sur un budget d’exploitation global de l’ordre de 80 millions d’euros", rapporte Alain Merle. Il estime "qu’à terme, 30% des besoins pourraient être satisfaits via le cloud".

Cette offre de service s’appuiera dans un premier temps sur du Iaas (Infrastructure-as-a-service). D’autres usages seront ensuite progressivement adressés avec du cloud commercialisé en Paas (Platforme-as-a-service) voire en Saas (Software-as-a-service). Pour construire la partie publique de ce cloud hybride, l’Etat a fait appel à Orange et à son partenaire interne CloudWatt. L’entité Business dirigée par Thierry Bonhomme a décroché un contrat pour une durée de quatre ans.

Adapter les compétences

Pour les agents employés par l’Etat, la transformation du système d’information vers l’usage du cloud va également demander d’acquérir une nouvelle culture SI. Et pour se moderniser, comme dans beaucoup d’entreprises privées, la tendance porte sur plus d'utilisation de la méthode DevOps, plébiscitée par Alain Merle. Pour lui, il va falloir évoluer rapidement. La DINSIC a ainsi pour ambition de mettre en service son cloud public dès le début de l’année prochaine.

Adeline Raynal avec BFM Business