BFM Business

En 2016, les cyberattaques ont atteint un niveau inédit en France

En 2016, l'Anssi a reçu 3.235 signalements d'événements de sécurité numérique et est intervenue dans vingt opérations importantes.

En 2016, l'Anssi a reçu 3.235 signalements d'événements de sécurité numérique et est intervenue dans vingt opérations importantes. - Damien Meyer - AFP

"Les attaques n'ont fait que s'accroître en nombre, en efficacité et en complexité" souligne l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information. Mais, dans le même temps, son directeur souligne la "progression très notable dans la prise de conscience du risque".

"Déstabilisation, sabotage de systèmes d'information, espionnage informatique, fraude, neutralisation et hacktivisme, les attaquants ont été plus que jamais actifs au cours de l'année 2016" Le bilan que dresse l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) dans son rapport annuel a de quoi faire froid dans le dos. Mais selon Guillaume Poupard, son directeur, si ces offensives ont été d’une ampleur sans précédent, elles ont aussi conduit à prendre réellement conscience des enjeux de la cybersécurité aussi bien dans les administrations que dans le privé.

"Les attaques n'ont fait que s'accroître en nombre, en efficacité et en complexité", avec notamment "la concrétisation de nouvelles menaces visant à porter atteinte à la stabilité de nos démocraties", déplore dans le rapport Guillaume Poupard. "Mais je veux aussi souligner que l'année écoulée a vu une progression très notable dans la prise de conscience du risque, et ce à tous les niveaux de la société", tempère-t-il.

"La sécurité numérique tend enfin à s'imposer comme un véritable enjeu de gouvernance dans les administrations et les entreprises, tandis que nos concitoyens se montrent de plus en plus vigilants quant à la protection de leurs données personnelles", juge le patron de l'Anssi.

Exfiltration massive de données de Yahoo!

Dans leur panorama mondial de l'année 2016, ses services citent des attaques contre des objets connectés, l'"hacktivisme" en soutien à l'État islamique, des attaques coordonnées visant à déstabiliser la campagne électorale américaine et des attaques perturbant la diffusion d'une conférence sur la répression des manifestations du "Printemps de Pékin" (en 1989).

Le rapport cite également des attaques de faible intensité contre des cibles institutionnelles françaises et belges issues de la mouvance Anonymous en lien avec les manifestations contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), l'exfiltration massive de données de Yahoo!, ou encore le cyberespionnage ciblant le secteur industriel.

Agence gouvernementale chargée de coordonner la cyberdéfense de la France, garante de la sécurité des communications du gouvernement et interlocutrice des "opérateurs d'importance vitale" (OIV, indispensable au bon fonctionnement du pays), l'Anssi a reçu 3.235 signalements d'événements de sécurité numérique l'an dernier, et elle est intervenue dans vingt opérations importantes.

Rattachée au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) qui dépend du Premier ministre, elle emploie 500 personnes, dont 69% ont moins de 40 ans.

P.S. avec AFP