BFM Business

Dis-moi ce que tu tweetes, je te dirai combien tu gagnes

Les hauts revenus twittent davantage sur des sujets politiques et sont plus pessimistes.

Les hauts revenus twittent davantage sur des sujets politiques et sont plus pessimistes. - Twitter

Des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie ont étudié des millions de tweets et ont tenté de dresser un portrait type des hauts revenus en fonction de leurs messages sur le site.

Twitter peut en dire long sur vous. Et pas seulement sur votre personnalité. Elle peut en dire long aussi sur vos revenus. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par un groupe de chercheurs de l'Université de Pennsylvanie. L'équipe dirigée par le professeur Daniel Preoţiuc-Pietro a ainsi analysé 10 millions de tweets postés en Grande-Bretagne par 5.910 utilisateurs de Twitter. 

Les chercheurs ont ainsi repris un système de classification des salariés utilisé en Grande-Bretagne et qui va d'employé sur un site de production (24.200 euros par an) à directeur et manager produit (68.940 euros). Ils sont associé des tweets pour chacune des catégories en fonction des biographies renseignées par les Twittos.

Et que ressort-il de cette étude? D'abord des choses connues ou relativement intuitives comme le fait que les hommes gagnent plus que les femmes (d'accord...) ou encore que les individus dont le niveau d'éducation est moins élevé (ceux qui font le plus de fautes de syntaxe et d'orthographe) gagnent moins (à l'exception notable des footballeurs peut-être...).

Les hauts revenus parlent de politique...

Mais l'étude tire des enseignements moins attendus. Ainsi les gens qui paraissent les moins anxieux et les moins religieux auraient des revenus plus élevés que les autres. Les Twittos étant dans les catégories inférieures de revenus auraient ainsi plus tendance à jurer, se plaindre et exprimer leur tristesse, leur surprise et leur dégoût que ceux des catégories supérieures. Ces derniers parlent en revanche plus de politique et font davantage référence à des entreprises et des ONG. En gros, un Twitto qui parlerait de Greenpeace et de la Cop21 a plutôt tendance à gagner plus qu'un autre qui se plaindrait du temps d'attente au McDo par exemple...

"Les utilisateurs à faible revenu ou d'un niveau socio-économique plus bas utilisent Twitter davantage comme un moyen de communication entre eux, explique Daniel Preoţiuc-Pietro, l'auteur de l'étude. Les gens à revenu élevé l'utilisent plus pour diffuser des infos et ce de manière plus professionnelle que personnelle."

... et sont plus pessimistes

Pour autant, s'ils expriment moins leurs sentiments et font moins référence à leur expérience personnelle, les hauts revenus sont aussi moins optimistes que les bas revenus. Ces derniers sont plus confiants en l'avenir que les catégories supérieures. Une hypothèse pour expliquer ce résultat en apparence paradoxal. Les hauts revenus ont plus tendance à tweeter des infos qu'à partager leur expérience personnelle. Or les informations sont par nature plus anxiogènes (les médias ne parlent pas des trains qui arrivent à l'heure) que les petits tracas du quotidien.

Fort de ses informations, il ne vous reste plus qu'à remonter votre fil Twitter et éventuellement à aller réclamer une augmentation!

Frédéric Bianchi