BFM Business

Deutsche Telekom veut supprimer 10.000 postes au sein de sa filiale T-Systems

-

- - Oliver Berg - dpa - AFP

Plus de la moitié des emplois concernés sont situés en Allemagne. T-Systems compte 43.724 employés à travers le monde.

L'opérateur allemand Deutsche Telekom veut supprimer environ 10.000 emplois au sein de sa principale filiale de services, T-Systems, dont 6000 en Allemagne, a annoncé jeudi un porte-parole du groupe à l'AFP.

Deutsche Telekom souhaite économiser 600 millions d'euros d'ici 2021 et les réinvestir dans des activités jugées plus stratégiques, notamment son offre de sécurité internet, a ajouté le porte-parole du groupe.

"Cette restructuration est coûteuse, car nous voulons la rendre aussi socialement viable que possible mais cet investissement sera payant", a déclaré le patron de T-Systems, Adel Al Saleh au quotidien Handelsblatt.

Maillon faible

Cette filiale en difficulté, qui propose des solutions informatiques aux entreprises, compte environ 43.724 employés à travers le monde et est considéré comme le maillon faible du géant allemand des télécoms.

Le patron de Deutsche Telekom, Tim Höttges, avait déjà averti en février qu'il "ferait les ajustements nécessaires, notamment au sein de T-Systems", pour rendre rentables toutes les activités du groupe.

"Au lieu de trouver des solutions pour une réorientation durable, ils ont opté pour un incroyable plan d'austérité, des coupes sèches et des destructions massives d'emplois", a déploré dans un communiqué le représentant du syndicat de services Verdi, Michael Jäkel.

Les services offerts par T-Systems, dont la création remonte à 2001, recouvrent l'intégration de systèmes, l'infogérance, les services télécoms et les solutions destinées aux opérateurs internationaux.

J.-C.C. avec AFP