BFM Business

Des sous-marins autonomes français vont prospecter le fond des mers

-

- - -

ECA Group, filiale du groupe Gorgé spécialisée dans la robotique, a mis au point un robot sous-marin pour détecter des gisements de ressources minérales dans les profondeurs des mers.

Les fonds de l’espace maritime français vont être passés au peigne fin par des robots sous-marins autonomes. Leur mission: explorer les profondeurs pour localiser des ressources minérales. Ces appareils ont été mis au point par ECA, la filiale du groupe Gorgé spécialisée dans la robotique qui a déjà mis au point des appareils sous-marins autonomes pour détecter des mines.

Ce projet a été baptisé Melodi. Il représente un coût de 4,5 millions d'euros et a été développé en partenariat avec le spécialiste de l'océanographie Creocean, le constructeur naval DCNS et avec le spécialiste de l'acoustique sous-marine et des drones sous-marins RTSys.

Une exploration à 2.000 mètres de profondeur

Avec Melodi, il ne s’agit pas de mener une simple expérience technologique. Dans un communiqué, ECA explique que c’est un "enjeu hautement stratégique pour la France, numéro un mondial en termes de gisements de ressources minérales marines dont l'exploitation permettrait de diminuer sa dépendance à l'importation". Ainsi, il serait possible de "sécuriser" l’approvisionnement national "en métaux dont la demande mondiale ne cesse d'augmenter".

Les robots explorent à plus de 2.000 mètres de profondeur, n’ont pas besoin de remonter à la surface pour se recharger et peuvent communiquer entre eux. Le robot d'ECA joue un rôle de "chef de meute", guidant la trajectoire d'une dizaine d'autres robots suiveurs. Et selon ECA, il ne leur faut que 24 heures pour cartographier une superficie de 100 km2 et recueillir des données permettant d'identifier les faciès géologiques potentiellement riches en minerais.

Avec près de 11 millions de kilomètres carrés de zone économique exclusive (ZEE) grâce à ses territoires d'outre-mer, la France dispose du deuxième espace maritime au monde, juste derrière les États-Unis.

Pascal Samama avec AFP