BFM Business

Des jeux vidéo pour aider les chiens à rester vifs et alertes

-

- - VETMEDUNI VIENNA, MESSERLI RESEARCH INSTITUTE

Les jeux vidéo aideraient à lutter contre le vieillissement cérébral des animaux, d'après une étude menée en Autriche.

Au même titre que les humains, les animaux ont besoin d'entraînement pour mieux vieillir et ralentir la dégénérescence observée avec l'âge. D'après une vaste étude scientifique menée au sein de la faculté vétérinaire de Vienne et relayée par l'AFP, ce même entraînement pourrait passer par les jeux vidéo.

Plusieurs centaines de chiens, âgés de six ans et plus, ont été entraînés à se servir d’un écran du bout de leur truffe. Ils ont été invités à viser avec leur truffe une forme ronde et une forme carrée sur l’écran, chaque réussite leur valant une récompense. D’autres tests consistaient à toucher une forme en mouvement, à apprendre à distinguer une "bonne et une "mauvaise" image".

Les premiers résultats de l’étude, communiqués le mois dernier, se sont avérés concluants, d'après les chercheurs. "Dans le laboratoire, les vieux chiens ont répondu positivement à l’entraînement cognitif, utilisant volontiers les jeux sur écran à vocation éducative", écrit l’université dans un communiqué. Les chiens testés, même parmi les plus âgés, se sont familiarisés avec les écrans interactifs et ont appris les exercices élaborés par les scientifiques.

De nouvelles perspectives

L’étude ouvre de nouvelles perspectives pour gérer le vieillissement canin, estime l’équipe viennoise. "On a parfois tendance, avec les vieux chiens, à se dire qu’on va les laisser tranquilles sur le canapé à dormir toute la journée", a expliqué à l’AFP Lisa Wallis, l’une des auteures de l’étude. "Ce faisant, on ne leur fait cependant pas du bien", estime cette chercheuse en sciences cognitives.

"Le cerveau a besoin de plus de stimulation et aussi de problèmes à résoudre", complète le professeur Ludwig Huber, l’un des co-responsables de la recherche. A la différence des jouets pour chien, peu sophistiqués, M. Huber voit dans les écrans "une possibilité infinie de stimuli" et de jeux dont on peut varier la complexité.

De tels jeux ne sont pas encore commercialisés. Les spécialistes viennois savent aussi que la mise au point de tels produits prendra du temps. Les défis techniques à relever sont nombreux, et non des moindres: "les truffes humides resteront toujours un obstacle", reconnaît Lisa Wallis.

La rédaction/ AFP