BFM Business

David Ebersman, le chouchou déchu de Wall Street

David Ebersman a rejoint Facebook en juin 2009.

David Ebersman a rejoint Facebook en juin 2009. - -

Le directeur financier de Facebook pourrait être en partie responsable du fiasco boursier que le réseau social a connu. Un impair qui vient ternir son brillant parcours.

Les couacs de l'introduction au Nasdaq de Facebook ont fait grincer des dents les investisseurs. Le réseau social a connu un départ en bourse calamiteux, en perdant plus de 11% lors de son deuxième jour de cotation. Et David Ebersman, directeur financier de Facebook, pourrait en être en partie responsable.

Plusieurs analystes ont souligné l’offre trop importante de titres mise en jeu lors de l’introduction en Bourse. Or, selon le Wall Street Journal, David Ebersman aurait lui-même pris la décision d’augmenter de 25% le nombre de titres proposés sur le marché, trois jours avant l’entrée de Facebook au Nasdaq. Le célèbre quotidien financier indique que son principal confident sur le dossier, Michael Grimes, codirecteur des opérations bancaires liées aux industries de haute technologie chez Morgan Stanley, lui aurait assuré que la demande en actions de Facebook était très élevée. Cela n’a pas été le cas.

Cette décision du directeur financier aurait joué sur la chute de Facebook en bourse. Surtout, elle incarne un revers cinglant pour David Ebersman. Son nom est même associé à la plainte en justice déposée par des actionnaires contre le réseau social et ses banques conseil. La réputation du collègue de Mark Zuckerberg s’en retrouve ternie et sa stratégie critiquée, alors qu’il avait réalisé jusqu’ici un parcours sans faute.

L

Ce supporter des New York Knicks est sorti de l’université Brown en juin 1991, avec un diplôme en économie et relations internationales. Il effectue ses premières gammes dans la banque d’investissement américaine Oppenheimer & Co en tant qu’analyste financier. Le virage majeur de sa carrière survient en 1994, lorsqu’il intègre le laboratoire de biotechnologies Genentech comme analyste du développement commercial. Il y restera quinze ans.

Gravissant rapidement les échelons, il devient le protégé du directeur général (CEO) de Genentech, Art Levinson. En 2005, ce dernier le nomme directeur financier. Très vite, le New-yorkais de naissance va se créer une solide réputation auprès des analystes et des investisseurs. L’un d’entre eux, Mark Schoenebaum, d’ISI group, révélait à CNN qu’il se demandait "ce qui avait pris Genentech de nommer un jeune homme de 34 ans comme directeur financier" avant de se rendre compte lors d’une rencontre avec David Ebersman "qu’en ne parlant que trente secondes, il impressionne par son excellence".

L’homme fort de Genentech repense la stratégie d’investissement du laboratoire en privilégiant le long terme et a beaucoup agi pour que la société soit valorisée au prix fort en 2009, et forcé le Suisse Roche à payer le prix pour acquérir 100% de Genentech. Roche a finalement déboursé 47 milliards de dollars.

Directeur financier chez Facebook... et guitariste

C’est après ce baroud d’honneur, qu’il rejoint Facebook en juin 2009. Mark Zuckerberg cite alors ses hauts faits d’armes pour justifier son choix. "Nous avons très vite compris que David était la bonne personne pour Facebook. Il a été le directeur financier de Genentech lorsque le chiffre d’affaires de cette société a triplé. Et sa réussite dans l’organisation financière d’une entreprise à forte croissance sera un atout considérable pour Facebook", déclarait le créateur du réseau social.

David Ebersman travaille d’arrache-pied pour réussir le grand saut des biotechnologies au monde de l'Internet, et s’efforce d'assimiler l’environnement commercial et financier qui entoure Facebook. Il doit également s’intégrer à une culture d’entreprise différente: Facebook est une start-up qui compte à peine un millier d’employés tout juste sortis de l’université.

Mais David Ebersman a su visiblement se mettre au diapason. Pour l'anecdote, ce fan de musique rock-grunge (il déclare aimer Alice in Chains, les Guns N’ Roses et les Foo Fighters sur sa page Facebook) a intégré comme bassiste Feedbomb, le groupe de rock des collaborateurs de Facebook dans lequel chante également Randi Zuckerberg, sœur de Mark. Son site "officiel" précise toutefois qu’il est un guitariste "médiocre"! L’introduction en Bourse de Facebook n’est donc pas sa première fausse note.

Julien Marion