BFM Business

Concurrence: les hôteliers obligent Booking.com à réviser son modèle

Pour l'autorité de la concurrence, cette décision devrait dynamiser la compétition entre Booking.com et ses concurrents.

Pour l'autorité de la concurrence, cette décision devrait dynamiser la compétition entre Booking.com et ses concurrents. - Booking

La bataille entre les professionnels de l’hôtellerie et le site de réservation en ligne prend un nouveau virage. Booking.com a pris l’engagement de renoncer à la clause qui interdisait aux hôteliers de proposer des tarifs moins chers.

C’est une victoire pour les professionnels de l’hôtellerie et elle aura peut-être des conséquences durables sur le secteur du e-commerce. L’Autorité de la Concurrence, en coordination avec la Commission européenne et les gendarmes de la concurrence italien et suédois, a obtenu que Booking.com renonce à la clause qui interdit aux hôteliers de proposer des tarifs inférieurs sur des sites concurrents ou en direct.

Cette modification majeure du règlement de Booking entrera en vigueur pour une période de 5 ans le 1er juillet 2015. L’autorité de la concurrence fera un "point d’étape" fin 2016.

Dans sa décision, le gendarme de la concurrence précise que "les hôtels pourront ainsi librement pratiquer des tarifs inférieurs et/ou des conditions commerciales meilleures sur des plateformes concurrentes de Booking.com, et leur allouer des quotas de nuitées plus importants."

Quant aux canaux hors ligne (réservation sur place, par téléphone, fax, mails, messageries instantanées, points de vente physiques des agences de voyage, etc.), une clause impose que les tarifs "ne soient pas publiés sur le site internet de l'hôtel."

Rééquilibrer une position dominante

Pour l’Autorité de la concurrence, cette décision devrait "dynamiser la compétition entre Booking.com et les concurrents et […] favoriser la baisse des commissions appliquées aux hôtels". En outre, elle rééquilibrera la relation commerciale en donnant aux hôtels "un contre-pouvoir" qui pourrait améliorer "sensiblement leur liberté commerciale et tarifaire".

Si cette modification des règlements de Booking est une première, la coopération de trois pays européens en est une aussi. Les trois président des autorités de la concurrence, Bruno Lasserre (France), Giovanni Pitruzzella (Italie) et Dan Sjöblom (Suède), ont déclaré dans un communiqué que "ces engagements limitent l'application par Booking.com de clauses de parité de prix en tant qu'élément de son modèle économique fondé sur la perception de commissions."

Pour Booking.com, c'est évidemment un coup dur, mais il prend les choses avec une certaine philosophie. Dans un communiqué, l'américain "prend acte" de la décision. Pour lui, c'est même une "cette évolution" qui "créera [...] une plus grande transparence et davantage de concurrence entre les agences de réservation en ligne".

Pascal Samama